La Péninsule de Shiretoko

Hokkaido ou la nature à l'état sauvage

 Par RS Reynolds   22 avr. 2014

Après avoir bu une petite gorgée de café, je reposai ma tasse avant de demander à Mitsuki Matsuda combien de temps je devrais passer au Parc national de Shiretoko pour pouvoir en profiter dans sa totalité. Sa réponse ne s’est pas faite attendre : « Cinq jours minimum ».

Matsuda est, en quelque sorte, une exception, en cela qu’il est né et a été élevé ici, à Shiretoko. Aujourd’hui, il dirige l'Agence de la Nature de Shiretoko (Shiretoko Nature Office) et, avec sept autres guides, organise des excursions à travers le parc. Reconnue comme étant la compagnie la plus expérimentée de la région, Matsuda emmène les visiteurs en trek autour de la zone des cinq lacs, en croisière ou en kayak sur l’océan qui vient lécher la péninsule de Shiretoko. Cela vous permet d’atteindre certaines zones du parc qui ne sont accessibles qu’en bateau ou, en hiver, que par des sentiers enneigés qui nécessitent le port de raquettes.

La plupart des visiteurs sont d’origine asiatique, mais il a dernièrement noté une hausse des clientèles nord-américaine et européenne et espère que cela continuera en ce sens. Vous pouvez rejoindre le parc en bus, mais si vous voyagez par vous-même le meilleur moyen pour vous y rendre reste de louer une voiture. Vous avez la possibilité d’atterrir au nouvel aéroport de Chitose à Sapporo (Shin-Chitose Kūkō) ou même un petit plus près, à l’aéroport de Memanbetsu, qui se trouve à proximité d’Abashiri, à seulement 1h30 de route de Shiretoko.

Ceux d’entre vous qui souhaiteraient participer à une visite guidée avec l'Agence de la Nature de Shiretoko, ou simplement obtenir de plus amples informations sur ce site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, peuvent passer par la Rusa Field House, à proximité. Ce centre d’information présente le patrimoine de la région et, chose plus importante, met en valeur les parties totalement sauvages et encore inexplorées du parc.

Vous aimez le kayak en mer ? Si vous souhaitez explorer le cap de Shiretoko, le personnel de la Rusa Field House pourra vous renseigner sans aucun problème. Les randonneurs aguerris peuvent aussi y trouver des informations détaillées sur les randonnées à faire au mont Shiretoko et dans d’autres parties du parc, où la plupart des touristes ne s’aventurent pas.

De nombreuses zones d’Hokkaidō sont encore aujourd’hui peu peuplées. La nature y a conservé ses droits et c’est aussi le cas de la région de Shiretoko où vivent de nombreux animaux sauvages. En zone montagneuse, vous pourrez apercevoir des daims, des ours, des renards roux et plusieurs espèces d’oiseaux dont l’aigle à queue blanche. Quant aux animaux marins, vous pourrez voir des baleines de Minke, des orques et des lions de mer de Steller, pour n’en citer que quelques-uns.

Bien qu’il soit toujours populaire auprès du public japonais, les visiteurs étrangers, surtout en provenance des pays situés hors d’Asie, sont encore rares au Parc national de Shiretoko. Il en résulte que, malgré des infrastructures modernes et des structures d’hébergement luxueuses, le parc a su préserver ces paysages de région inexplorée, offrant constamment cette sensation de découverte qu’affectionnent tant les amateurs de nature.

Écrit par RS Reynolds
Membre de JapanTravel
Traduit par Julian Bohler

Explorez les environs

Rejoignez la discussion