Randonnée au Mont Kuro, Daisetsuzan

Un volcan saisissant qui piquera votre curiosité

 Par Nicole Bauer   11 févr. 2016

Nous logions à Asahidake Onsen, de l'autre côté du parc national Daisetsuzan et à deux bonnes heures de route de Sōunkyō Onsen, point de départ habituel pour escalader le Mont Kuro (1 984m). Toutefois, le temps était assez incertain aux alentours d'Asahidake, et comme nous avions déjà été trempés par la pluie la veille, nous avons décidé de tenter notre chance et de rejoindre l'autre côté de la chaîne de montagnes en voiture. Tout s'est bien déroulé pendant ce trajet, nous sommes partis de bonne heure et le temps s'est éclairci à mesure que nous nous rapprochions de Sōunkyō Onsen, comme si le Mont Kuro attendait notre visite. En fait, nous étions très heureux d'avoir fait le chemin jusqu'ici.

Grâce aux télécabines et télésièges vous amenant à environ 1 500m au-dessus du niveau de la mer, le Mont Kuro (Kuro-dake ou 黒岳 en japonais) est assez facile d'accès. Le trajet dure ensuite une heure, et le chemin est extrêmement bien entretenu et facile à suivre. Les paysages visibles à partir du sentier descendant en direction du Sōunkyō Onsen sont fantastiques, mais attendez d'être parvenu au sommet pour rejoindre un autre monde.

Si vous avez déjà lu un de mes articles concernant la randonnée, vous ne serez probablement pas surpris d'apprendre que nous n'avons emprunté ni la télécabine, ni le télésiège, ou tout du moins pour l'ascension. Lorsque nous avons dit à la dame du centre d'information touristique que nous prévoyions de marcher tout du long, elle nous a regardé d'un drôle d'air, comme si elle voulait dire "Pourquoi marcher quand on a une télécabine confortable à disposition ?". C'est compréhensible, mais nous aimons simplement la randonnée.

Les 2h30 indiquées sur la carte ont paru un peu exagérées, il ne nous a en fait fallu que 1h30 pour effectuer notre ascension, malgré la pente extrêmement raide. Le sentier parallèle aux télésièges donnait cependant l'impression de marcher dans le lit d'un cours d'eau rempli de rochers, ce qui fut assez fatiguant pour être honnête. Je pense que nous serons tentés de prendre le télésiège, la prochaine fois.

Finalement, à quoi peut-on s'attendre une fois parvenu au sommet ? Je répondrai : une confrontation fascinante entre montagnes, nuages et couleurs. C'est magnifique. En plus des photos disponibles ici, j'ai créé un reportage photo qui devrait vous donner une idée de ce à quoi cela ressemble.

Vous n'avez pas besoin de carte pour cette randonnée. L'ensemble du trajet est direct et évident, et vous ne serez jamais seul à grimper. Cependant, si vous souhaitez faire un déplacement à la journée ou même sur plusieurs jours dans la région (notamment si vous effectuez la traversée du Daisetsuzan), je vous conseille d'acheter la carte "Daisetsuzan, Tokachi-dake, Poroshiri-dake" (山と高原地図 3 大雪山 十勝岳・幌尻岳 2012). Nous avons acheté la nôtre à la station de télécabine, mais elle est également disponible sur amazon.co.jp, ainsi que dans les grandes librairies et boutiques japonaises. La carte est uniquement rédigée en japonais, mais elle se révélera tout de même très utile pour les trajets plus longs, tant que vous vous procurerez une traduction des sommets que vous avez l'intention de gravir. Si vous avez besoin d'aide pour cela, contactez-moi ! Vous trouverez mon adresse mail sur mon profil ci-dessous.

Si vous êtes à la recherche d'un lieu où passer la nuit, l'Hôtel Northern Lodge peut vous intéresser.

Écrit par Nicole Bauer
Membre de JapanTravel
Traduit par Elodie Pourrat

Explorez les environs

Rejoignez la discussion