Initiation à l'Iaidô

Découverte de l'art martial ancestral des samourais

Par Ghost   6 juil. 2016

Ma fascination pour l'histoire japonaise et plus précisément pour l'époque des samourais m'a naturellement amenée à pratiquer le kendo (technique moderne du ken-jutsu, qui est l'art de manier le sabre) pendant 2 ans, jusqu'à ce que je change de société et ne puisse plus assouvir cette passion. Alors forcément quand quelques années plus tard j'ai la chance de pouvoir vivre au Japon, il m'est impossible de ne pas m'initier à l'iaidô, cet art martial à la fois si proche et si différent du kendo, puisqu'il s'agit tout simplement d'une autre technique pratiquée par les samourais, à savoir l'art de trancher en dégainant.

Pour réaliser ce rêve, je me suis rendue au dôjô Ryuseikan situé à la station Kudanshita à Tokyo. Particulièrement réputé et référencé sur de nombreux sites japonais et étrangers, le dôjô à la bonne réputation de donner un enseignement à la hauteur de cet art ancestral, mais également d'être ouvert aux étrangers. Ce qui n'est pas si courant au Japon, puisque les dôjô préfèrent en général garder en secret leurs techniques. Mais grâce à leur chaleureux accueil, ce sont pas moins de 300 personnes qui viennent chaque année s'initier à leur bon savoir.

Grâce à son site internet disponible en japonais et en anglais, il n'est pas très compliqué de réserver sa venue (réservation obligatoire ici), d'autant plus que les cours ouverts au public sont particulièrement nombreux dans la semaine. En effet, il vous est possible de tenter l'expérience durant les créneaux suivants :

  • Lundi ou Vendredi de 14h à 16h (tarif à 5.000 ¥, soit environ 44 €)
  • Vendredi de 19h à 21h (tarif exceptionnel à 2.000 ¥, soit environ 16 €)
  • Samedi de 15h à 18h (tarif à 5.000 ¥, soit environ 44 €)
  • Dimanche (semaines impaires uniquement) de 14h à 16h (tarif à 5.000 ¥, soit environ 44 €)

Il vous faudra prévoir d'arriver une demi-heure à l'avance, le temps de préparer le matériel et de vous vêtir de la tenue traditionnelle. Si vous n'avez jamais porté de hakama (pantalon plissé traditionnel japonais), vous allez très vite l'adorer !

Si vous ne parlez pas japonais, pas de souci, l'une des membres d'origine polonaise y vient depuis plus de 20 ans et parle couramment le japonais et l'anglais, en plus de sa langue natale. Après ça, le cours commence dans le respect des traditions et après quelques échauffements et entrainements au bokutô (sabre en bois aussi appelé bokken), vous aurez ensuite le privilège de tenir un véritable katana entre vos mains, pour laisser surgir en vous votre âme de samourai et ainsi découper des tatamis de différentes épaisseurs.

Écrit par Ghost
Membre de JapanTravel

Laissez un commentaire