Iwate

Une beauté insubmersible

Par Eva Hulot   28 juil. 2016

On a tous en mémoire les terribles images du tsunami de 2011. Aujourd'hui Iwate, préfecture du Nord du Japon, est devenue tristement célèbre en prenant le nom de "région du tsunami". Pour autant, la vie reprend ses droits et les vallées qui ont été dévastées offrent désormais aux yeux des touristes curieux les merveilles de sa nature luxuriante et des vestiges de la catastrophe qui se dressent comme des monuments dans leur écrin de verdure.

Au Japon, le Nord c'est la région des tsunamis. Les habitants ont coutume de dire que la montagne commence par gronder d'un bruit sourd et rauque avant que la terre ne s'ébranle par un tremblement. Puis la mer se retire de plusieurs mètres pour gonfler au large avant de s'abattre sur la côte. En 2011, la mer ne s'est pas contentée de lécher les côtes comme elle le fait habituellement. Elle s'est engouffrée dans les terres sur plus de 10 kilomètres. Seules les montagnes ont stoppé cette course ravageuse.

Après les paysages verdoyants, les cimes mousseuses, les rivières impétueuses qui jaillissent d'entre les roches, une fois passées les routes sinueuses de montagne, vous débouchez sur une vallée encastrée entre deux montagnes. Il fait beau mais malgré le soleil printanier une nappe brumeuse enveloppe le paysage comme un nuage épais. La lumière est feutrée, quasi fantomatique. Le sol est rasé, balafré par ce qui devait être d'anciennes routes, des maisons dont il ne reste plus que les escaliers d'entrée.

Des carcasses de bâtiment gisent ici et là. Des grues s'affairent à démolir, des bulldozers à charrier la terre pour construire une immense digue sur ce qui fut une plage de plaisanciers. La vallée était une ville autrefois. Aujourd'hui, il ne reste qu'un champ en friche.

Maison traditionnelle japonaise

Vous aimerez cette région dès le premier jour. Il y flotte une atmosphère qu'on ne connait pas à Tokyo ou dans les autres grandes villes. Une ambiance un peu surannée, comme l'écho du Japon traditionnel tel qu'on se le figure avant l'urbanisation. Les maisons sont massives, grandes, avec de lourds toits en tuiles et ornementés. Même scénario à Sendai. L'autoroute qui démarquait la partie ouest de la partie est de la ville est désormais la ligne de démarcation entre zone habitable et zone sinistrée. Tout a disparu sous les flots, y compris une forêt de 70 000 arbres dont un seul a résisté. Il est surnommé le Pin des miracles. 

Au printemps, les rizières se gorgent d'eau et laissent apparaître leurs premières pousses. Le climat étant plus frais que dans le Kanto, vous pourrez apprécier en premier les érables rouges en automne et sur le tard les cerisiers en fleur même si le printemps est déjà bien avancé. En haut des montagnes, les cerisiers tapissent de leurs pétales roses la neige qui s'accroche au pied de leur tronc. Quel spectacle saisissant de voir des fleurs et de la verdure sur un champ de neige !

Pour se réchauffer et se délasser après une longue balade, comme il est agréable de tremper ses pieds dans une source chaude ! L'air est soufré, pas de doute vous êtes sur un volcan ! Aux frontières des trois préfectures que sont Iwate, Akita et Miyagi, se trouve un onsen très prisé dans la région. Les établissements sont payants mais vous pouvez profiter gratuitement des sources extérieures pour y tremper les jambes.

C'est une région magnifique et comme partout au Japon, la Nature y règne en maître. 

DSC_0357

Une région à découvrir pour sa cuisine (langue de boeuf, remen, fruits de mer et tant d'autres !), la beauté mais aussi les ravages de son paysage en font une destination touristique digne d'intérêt. Je vous préviens, vous n'y resterez pas insensibles !

Écrit par Eva Hulot
Membre de JapanTravel

Laissez un commentaire