Découverte du Château de Kôchi

Pour découvrir l'architecture des châteaux japonais

Par Julien MENTZER   16 août 2016

Loin des grands axes touristiques, la ville de Kôchi au sud de l’île de Shikoku abrite un des plus intéressants châteaux japonais. Il fait partie des douze châteaux au Japon ayant encore un donjon en bois. Souvent appelés les 12 châteaux originaux, celui de Kôchi possède un ensemble architectural très bien conservé.

Construit en 1603, il fut détruit par un incendie en 1727 qui épargna cependant la porte principale. La reconstruction commença en 1748 et c’est en 1753 que le château retrouva son allure originale. Après 1868 et la fin de la période des shoguns, de nombreux bâtiments furent détruits au sein du château. La tour principale fut épargnée et le reste devint un parc public.

Entouré d’une douve, le château est situé en plein centre-ville et le contraste est saisissant entre les grandes rues et les immeubles et cet ilot historique. Une fois la porte principale et une première série d’escaliers franchies, le visiteur arrive à la troisième enceinte, celle qui servait à l’époque féodale japonaise de casernement pour les samouraïs. Aujourd’hui, c’est devenu un parc public très prisé pour fêter le hanami.

L’architecte du château de Kôchi a eu l’idée ingénieuse de créer une fausse porte afin de faire croire à son ennemi qu’il fallait la forcer pour accéder à la tour principale. Mais elle donne sur un espace vide et formait un piège pour l’attaquant.

Après une autre volée de marches, nous arrivons à la deuxième enceinte, celle où vivait le seigneur. Aujourd’hui les bâtiments ont été remplacés par un jardin. Une passerelle permet d’accéder à l’enceinte principale, le honmaru, où nous découvrons le donjon.

De l’extérieur, la tour donne l’impression d’être sur 4 étages, mais l’intérieur en comporte 6. Possédant de très beaux gables et toits en pignons, la tour principale est une des plus anciennes du Japon. Le dernier étage recèle aussi un balcon filant d’origine permettant une observation sur 360 degrés.

Comme tout château, le toit est surmonté par deux shachihoko, ces animaux mythiques ayant la particularité de protéger le lieu du feu.

En redescendant de l’enceinte principale, nous croisons le bâtiment abritant la cloche. Utilisée pour prévenir ou pour envoyer des messages, cette cloche aurait une portée sonore de 10 kilomètres autour du château.

Le château de Kôchi est un bon résumé de l’architecture des châteaux au Japon. Il est depuis 1950 considéré comme un bien culturel important.

Écrit par Julien MENTZER
Membre de JapanTravel

Laissez un commentaire