Deux Jardins Traditionnels Hors Norme : Au Musée d'Art Adachi et à Yuushien

Par Japan Travel   

Deux jardins traditionnels exceptionnels sont facilement accessibles depuis le centre-ville de Matsue. Le plus connu est le jardin du Musée d’art Adachi, qui fait partie des trois sites incontournables du département de Shimane, avec le centre-ville de Matsue et le grand sanctuaire Izumo-taisha.

Le Musée d’Art Adachi

Le Musée Adachi est à une heure environ de la gare de Matsue, et une navette gratuite relie le musée à la gare la plus proche (gare de Yasugi). Cette grande structure fut érigée en 1970 en pleine campagne au milieu des rizières par Adachi Zenkô, riche homme d’affaire et collectionneur d’art qui souhaitait mettre en valeur sa vaste collection de peintures. Le Musée Adachi est donc avant tout constitué de salles exposant de nombreux Nihon-ga, terme désignant des œuvres picturales « modernes », c’est à dire exécutées entre la fin du 19ème siècle et le milieu du 20ème siècle, mais restant fidèles à des techniques, à des matériaux, et à une inspiration artistique purement traditionnels. Cette superbe collection mérite à elle seule une visite.

C’est cependant pour son jardin que le Musée d’art Adachi est mondialement reconnu. Celui-ci est en effet élu « Premier jardin du Japon » par un magazine spécialisé pendant pas moins de 16 années consécutives, et ce parmi plus de 900 jardins visités dans tout le pays ! Un record inégalé... Cette première place ne signifie pas qu’il deviendra nécessairement votre préféré mais une chose est sûre : la perfection du jardin et son concept unique ne vous laisseront pas indifférent.

Célèbre jardin du Musée d'Art Adachi. La maîtrise de la technique du shakkei (paysage emprunté) est époustouflante.
Célèbre jardin du Musée d'Art Adachi. La maîtrise de la technique du shakkei (paysage emprunté) est époustouflante.

Lorsqu’il construit son musée au début des années 1970, le fondateur Adachi Zenkô a l’idée d’accoler au bâtiment principal un jardin afin d’agrémenter la visite, mais aussi pour faire écho aux œuvres exposées à l’intérieur, notamment à celles du grand maître Yokoyama Taikan, dont beaucoup mettent en scène de superbes paysages. C’est en les admirant que vint une idée à Mr Adachi : puisque les paysages de ces œuvres sont si beaux, presque « parfaits », pourquoi ne pas faire de même avec le jardin ? Il serait ainsi comme le chef-d’œuvre d’un maître changeant au gré des saisons, un véritable « tableau vivant ». C’est ce concept, absolument unique, qui fait toute la particularité du jardin du Musée d’art Adachi.

Contrairement à de nombreux jardins historiques (comme ceux de Kanazawa ou Okayama), celui du Musée Adachi n’est donc pas créé pour la promenade, puisqu’on le découvre depuis l’intérieur du bâtiment, au travers de fenêtres ou d’ouvertures pratiquées dans les murs à des endroits bien précis afin que la perspective soit toujours parfaite. Cela peut surprendre au départ, mais il est facile de comprendre pourquoi : se promène-t-on dans un tableau ? Le concept de « tableau vivant » est omniprésent et certaines fenêtres sont même pensées comme des cadres !

Le jardin du Musée d'Art Adachi est pensé comme un "tableau vivant".
Le jardin du Musée d'Art Adachi est pensé comme un "tableau vivant".

Une autre particularité du jardin est l’utilisation qui y est faite du « shakkei ». Cette technique autrefois répandue signifie littéralement « paysage emprunté », et consiste à intégrer dans la composition générale un élément du paysage situé au loin, en arrière-plan, comme une montagne ou un volcan. Cette technique est devenue difficile à mettre en œuvre dans le Japon contemporain, le paysage étant souvent obstrué par un immeuble, un câble électrique, une autoroute, etc... mais pas ici dans la campagne de Shimane, deuxième département le moins peuplé du Japon ! Les jardiniers du musée ont réussi à donner l’illusion parfaite que la montagne, pourtant située loin derrière, fait partie intégrante du jardin. L’effet est saisissant, la profondeur de seulement 80 mètres au maximum semble des kilomètres, et on a réellement l’impression que le jardin s’étend sans discontinuer jusqu'à l’horizon. Le musée a d’ailleurs acheté ou loué toutes les parcelles des montagnes environnantes afin que rien ne vienne gêner la vue.

Ici, rien n’est laissé au hasard. En plus de la dizaine de jardiniers professionnels, tous les employés ont un petit carré de jardin qui leur est attribué et dont ils doivent s’occuper avant l’ouverture du musée. L’entretien parfait de tous les espaces verts ne manquera pas de vous étonner lors de votre visite. Comptez au minimum 1,5 heures sur place afin de pouvoir profiter pleinement du lieu. Un café et un restaurant sont situés à l’intérieur du musée, ainsi qu’un excellent restaurant de sushis sur le parking. Le Musée Adachi est également situé à 20 minutes en voiture du temple Kiyomizu-dera, véritable pépite à flanc de montagne, où l’on peut déguster une succulente cuisine bouddhiste végétarienne.

Le Jardin Yuushien

Yuushien est le deuxième jardin à ne pas manquer lorsqu’on visite Matsue. Bien que situé sur une île volcanique au milieu de la lagune Nakaumi, il est facilement accessible depuis le centre-ville en 25 minutes en bus. Tout comme le Musée Adachi, Yuushien est relativement récent puisqu’il fut également créé au début des années 1970. Son concept est cependant radicalement différent : ici, le jardin est pensé comme un espace de promenade dont on profite en déambulant tranquillement au milieu des différents allées. De vieilles pierres recouvertes de mousse, des pins tortueux, des petits ponts traversant des étangs où nagent des carpes koï, etc. : Yuushien a tout pour plaire.

Vue aérienne du jardin traditionnel Yuushien.
Vue aérienne du jardin traditionnel Yuushien.

Mais ce n’est pas tout ! L’île abritant Yuushien est le premier site de production de pivoines arbustives au Japon, ce qui explique pourquoi le jardin se pare de milliers de fleurs resplendissantes de fin avril à début mai. Durant une semaine, plus de 30.000 fleurs sont même mises à flotter sur l’étang central, offrant un spectacle à couper le souffle. Ne soyez pas frustré si vous visitez Yuushien à une autre période : une salle unique en son genre au cœur du jardin permet de profiter de pivoines en fleurs toute l’année ! Si vous voyagez en automne, ne manquez pas non plus les superbes illuminations mettant en valeur les feuilles rougissantes des érables, habituellement de fin novembre à début décembre.

L'étang central du jardin Yuushien.
L'étang central du jardin Yuushien.

Un café avec une vue imprenable sur le jardin permet de faire une pause au calme à la fin de la visite. On trouve également à proximité un petit musée et un magasin dédiés au ginseng. L’île qui abrite Yuushien est en effet un des rares lieux au Japon où l’on cultive cette racine rare et précieuse venue de Corée, dont les propriétés stimulantes sont connues depuis des siècles, et qui encore de nos jours entre dans la composition de certaines boissons énergisantes. Un restaurant, lui aussi jouissant d’une superbe vue, est accessible aux visiteurs sans réservation.

Cet article était-il utile ?

Suggérer une modification

61
0
Japan Travel

Japan Travel @japantravel.editorial

Keep up to the date with the latest posts by Japan Travel's editorial team.

Laissez un commentaire