Temple Koke-dera (Saiho-ji)

Tapis de mousse et jardin de méditation zen

 Par Tomoko Kamishima   30 sept. 2015

Le temple Saiho-ji, plus communément appelé Koke-dera ou le temple des mousses, dégage une atmosphère unique qui a déjà attiré de nombreuses personnalités comme Steve Jobs ou encore Richard Gere. Mais en réalité, ce lieu n'était pas destiné à être un tapis de mousse lors de sa création au milieu du 8ème siècle. Les environs du temple abritaient deux types de somptueux jardins au 14ème siècle, et l'Empereur et les Shoguns venaient fréquemment apprécier ces points de vue et pratiquer la méditation zen ici. Le 3ème Shogun Ashikaga, Yoshimitsu, conçut le temple Kinkaku-ji, et le 8ème Shogun Ashikaga, Yoshimasa, construisit le Ginkaku-ji d'après le temple Saiho-ji. Mais vers la fin du 18ème siècle, le temple Saiho-ji tomba en ruine, et fut progressivement recouvert de centaines de sortes de mousses.

Un univers de mousse merveilleux

Le jardin du temple Saiho-ji n'est pas qu'un jardin de mousse, c'est en réalité tout un univers façonné par la nature et l'homme. Le temple est situé à l'intérieur des courbes de la rivière Katsura-gawa, où la moiteur est constante et le taux d'humidité moyen est de plus de 95% tout au long de l'année. La mousse est alors apparue densément naturellement dans toute l’enceinte du temple. Mais la mousse a également besoin d'un peu de soleil et de suffisamment d'eau pour croître. Alors, pour la maintenir dans les meilleures conditions, les prêtres et les jardiniers balaient et nettoient les feuilles de la mousse tous les jours. Et si ils négligent le nettoyage, cette dernière risque de mourir.

Avant la mousse

En 1339, l'éminent prêtre zen Muso Soseki (1275-1351), fut convié pour faire revivre le temple et les jardins. Il associa alors deux temples existants ensemble et élabora un jardin à deux niveaux. Le jardin supérieur était un jardin de rocaille, construit sur un ancien tumulus. L'agencement des roches évoquait une cascade, un bassin et une rivière. Les prêtres de l'époque effectuaient leur pratique du zen assis au Shito-an, un bâtiment placé face aux rochers.

Le jardin inférieur était organisé autour de son étang central. Selon la NHK TV, un bâtiment à deux niveaux, assez semblable au pavillon d'argent du Ginkaku-ji, se dressait au milieu du jardin, des passages couverts encerclaient le jardin extérieur, les deux principales îles de l'étang étaient recouvertes de sable blanc, et un pont de bois voûté avec un observatoire couvert enjambait l'étang. Les visiteurs appréciaient les énormes cerisiers pleureurs au printemps, les belles fleurs de lotus en été, et le feuillage coloré en automne. Voici une reconstitution du professeur Hiromasa Amasaki.

Le cycle de la vie

La guerre d'Ōnin (la guerre civile qui avait détruit Kyoto entre 1467-1477) a ruiné le temple et ces jardins. En 1485, 1568, et vers 1630, Saiho-ji a souffert des inondations, et a dû reconstruire ses bâtiments à plusieurs reprises. Un rapport indiquant que la population locale restaurait les bâtiments du temple pendant la période Genroku (de 1688 à 1704) est le dernier enregistrement officiel que nous avons de cette période concernant Saiho-ji. Cela signifie que le temple a été délaissé après cela pour un bon moment.

Aux environs de 1800, l'ensemble du site du temple Saiho-ji a commencé à être couvert de mousse. Désormais, plus de 120 espèces de mousses peuvent être identifiées ici. Les jardins autrefois lumineux et fleuris sont devenus un lieu calme, recouvert d'un tapis de mousse. Le prêtre aujourd'hui à la tête du Saiho-ji dit que le temple lui-même est un grand organisme vivant, composé de mousse, d'arbres et de fleurs, et même de prêtres. Il pense que certaines parties des jardins subissent des changements drastiques dans le temps, mais que c'est là le cycle de la vie.

Comment obtenir une carte d'admission

Le temple Saiho-ji n'ouvre pas ses portes au public, sauf si vous possédez une carte d'admission spéciale. Si vous souhaitez visiter ce temple, vous devez effectuer une réservation au préalable (voir les détails).

Écrit par Tomoko Kamishima
Membre de JapanTravel
Traduit par Celine Villeneuve

Explorez les environs

Rejoignez la discussion

Laurine Thiodet il y a 8 mois
Magnifique ! Je pense y faire un tour lors de mon voyage à Kyoto :) Merci pour le partage !