Ginkaku-ji, le Pavillon d'Argent

Quand élégance rime avec sobriété

Par Noro Randria   28 août 2014

Au milieu des montagnes à l'est de la ville de Kyoto se cache le temple zen Ginkaku-ji, un trésor classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Le temple a été construit en 1482 par le shogun (dirigeant militaire) Yoshimasa Ashikaga qui voulait posséder un endroit où il pourrait se retirer pour méditer au calme. Ginkaku-ji se traduit littéralement par "le temple au Pavillon d'argent". Avec cet endroit, Yoshimasa avait également pour intention de rivaliser avec Kinkaku-ji, le temple au Pavillon d'or situé dans les montagnes au nord et propriété de son grand-père Yoshimitsu Ashikaga.

Tout comme c'est le cas pour le Pavillon d'or, il était prévu que le Pavillon d'argent soit recouvert de ce métal précieux. Cependant, la construction est suspendue en raison de l'intensification de la guerre d'Ōnin qui a éclaté quelques années plus tôt et le bâtiment ne sera jamais achevé. Finalement, le fait que le Pavillon d'argent soit resté brut est précisément ce qui fait son charme particulier. Cette simplicité est une des raisons pour laquelle de nombreux japonais le préfèrent au Pavillon d'or, plus prisé par les touristes étrangers.

Le Pavillon d'argent est aussi connu sous le nom de Kannon-den car il contient une statue de Kannon, déesse bouddhique de la miséricorde. Avec le Tōgu-dō, bâtiment également classé comme trésor national et utilisé par Yoshimasa notamment pour y tenir des cérémonies du thé, ce sont les deux seuls édifices du temple Ginkaku-ji datant de l'époque de la construction. Ils ont cependant dû subir quelques rénovations, pour satisfaire aux normes sismiques par exemple. Il faut savoir qu'ils ne sont pas ouverts au public.

Dans le jardin en face du Tōgu-dō et du Pavillon d'argent, en plus de deux grands étangs, le visiteur peut admirer une grande étendue de sable gris très clair, presque blanc, appelée "la mer de sable argent". Juste à côté se trouve le Kōgetsudai, un étonnant cône de sable dont le sommet est tronqué. On raconte que la lumière de la lune s'y reflèterait, éclairant ainsi le Pavillon d'argent. Certains disent que ce cône symbolise également le célèbre Mont Fuji.

La visite se poursuit en empruntant un chemin qui mène au sommet d'une petite montagne qui offre une vue sur l'ensemble des bâtiments et jardins du temple Ginkaku-ji ainsi que sur la ville de Kyoto. Tout le long de l'ascension se succèdent des espèces de plantes plus magnifiques les unes que les autres. Une des particularités de la forêt est le sol, presque entièrement recouvert de mousse. Ce qui m'a particulièrement marquée est le fait que tout semble très travaillé, taillé au millimètre près, mais à la fois naturel. Cette balade très reposante ravira les amoureux de la nature et offre une véritable parenthèse de bien-être, loin de la frénésie de la moderne gare de Kyoto à 45 minutes de là.

La façon la plus simple d'accéder au temple Ginkaku-ji est de prendre les bus numéro 5, 17 ou 100 pour ¥230 l'aller simple à partir de la gare de Kyoto.

Écrit par Noro Randria
Membre de JapanTravel

Laissez un commentaire