L'ancienne région de Yamato

Le lieu de naissance du Japon traditionnel dans Nara

Par Jeanne Austry   1 mars 2018

La région de Yamato dans la préfecture de Nara est connue comme étant le lieu de naissance du Japon ancien et de la culture japonaise. Des traditions vieilles de mille ans comme le sumo, le bouddhisme japonais, le saké, le riz et le thé sont toutes apparues ici pendant les périodes Asuka et Nara. De vastes vallées entourées d’imposantes montagnes ; tel est Yamato, un endroit où vous pouvez ressentir le cœur de la culture japonaise. On y trouve une trace historique riche, que ce soit le plus vieux sanctuaire Shinto du Japon, le Omiwa jinja, ou encore la route ancienne utilisée par les messagers impériaux, la Yamanobe-no-michi. Les anciennes capitales du Japon, Asuka et Fujiwara, sont aussi toutes deux dans cette région.

Le sanctuaire Omiwa jinja, situé dans la ville de Sakurai, sert du saké, un alcool japonais préparé avec du riz fermenté, depuis plus de mille ans. Dans le lieu de culte, une boule gigantesque en bois de cèdre, pesant plus de 200 kg, accueille les visiteurs. Les artisans et vendeurs de sakés ont souvent une décoration en forme de boule à l’entrée de leur commerce. Cette tradition est renouvelée chaque année et assurerait l’excellente qualité du saké de l’année à venir. Elle servirait également à faire savoir aux visiteurs quand du saké vient fraîchement d’être produit. Le sanctuaire est un des rares au Japon à ne pas avoir de hall principal. Ce hall a été remplacé par un passage direct au Mont Miwa, la déité vénérée dans ce sanctuaire.

Omiwa jinja (Photo: Jeanne Austry)
Omiwa jinja (Photo: Jeanne Austry)

Omiwa jinja, comme beaucoup d’autres destinations à Yamato, fut aussi source de nombreuses légendes et histoires. Parmi celles-ci trouve-t-on le récit de la princesse Iku-tama-yori-bime. Connue pour sa beauté incomparable, on dit qu’un homme allait lui rendre visite tous les soirs, et qu’il disparaissait sans laisser de trace au matin. Les deux tombèrent amoureux, puis elle finît par tomber enceinte sans jamais savoir qui était réellement son amant. Avec l’aide de ses parents, elle déploya les efforts afin de découvrir l’identité de son visiteur mystérieux. Quand il revint enfin la voir, elle attacha discrètement une aiguille à la manche de son kimono, reliée à une pelote de fil. Le matin suivant, l’homme était loin, et il ne restait plus que trois tours de fils sur la pelote. La princesse suivit le fil jusqu’à son bout, atteignit le Mont Miwa, et se rendit compte que son amant n’était autre que le dieu du Mont Miwa lui-même, O-mono-nushi.

Les visiteurs peuvent se rendre au sommet du Mont sacré Miwa, dont le chemin commence sur une route ancienne, la Yamanobe no michi. La randonnée débute au pied de la montagne, près du sanctuaire Sai-jinja. Il est interdit de prendre des photos, de manger ou de boire le long du territoire sacré et les randonneurs marchent souvent dans le silence complet pour une expérience complète, sereine et spirituelle. Près du sanctuaire et du début du sentier se trouve un ruisseau connu pour la pureté de son eau. Assurez-vous d’amener votre propre bouteille pour pouvoir vous-même goûter à cette eau.

Yamanobe no michi (Photo: Jeanne Austry)
Yamanobe no michi (Photo: Jeanne Austry)

Marcher sur la Yamanobe no michi en dehors du Mont Miwa et également une expérience intéressante. La route ancienne des messagers impériaux reliait les terres voisines en coupant entre les montagnes. Une route allant du nord au sud au bord du bassin de Nara, reliant ainsi le Mont Miwa dans la ville de Sakurai et le Mont Kasuga dans la ville de Nara. Elle est souvent appelée la « plus vieille route du Japon », car c’est la plus ancienne route mentionnée dans les Chroniques du Japon. La randonnée la plus commune pour les touristes relie Sakurai à Tenri, pour une marche d’environ 16 km. C’est une route adorablement étroite, sinuant entre les rizières et les fermes. Ici et là sur le sentier, vous trouverez des petits stands où des producteurs locaux vendent leurs légumes ou fruits frais aux passants. La route passe également par plusieurs sanctuaires et un mausolée. Préparez-vous, car il n’y a que peu de restaurants ou cafés en dehors du début et de la fin de la randonnée. Heureusement, il y a un restaurant de soumen délicieux à l’entrée d’Omiwa jinja. Les soumen sont de fines nouilles à base de blé, dégustés dans une soupe chaude et des légumes en hiver, et dans de la sauce soja froide en été. Succulant, et toujours adapté à la saison !

Yamanobe no michi (Photo: Jeanne Austry)
Yamanobe no michi (Photo: Jeanne Austry)

Depuis Omiwa jinja, vous pouvez également voir les trois montagnes de Yamato : Unebi, Miminashi et Kagu. C’est entre ces trois montagnes que fut fondée l’ancienne capitale impériale, Fujiwara-kyo, l’actuelle ville de Kashihara. Légèrement à l’écart, le long de la rivière d’Asuka, se trouve le village d’Asuka, ancienne capitale du Japon avant la nomination de Nara et Kyoto. Connue pour ses tombes vieilles de mille ans et ses charmants paysages de maisons traditionnelles à côté de rizières recouvertes de fleurs, Asuka est, elle aussi, une ville magnifique et historique de la région de Yamato.

 (Photo: Jeanne Austry)
(Photo: Jeanne Austry)

Se rendre ici

The Yamato region is easily accessible by trains from Nara, Kyoto or Osaka. For the Oomiwa-jinja shrine and the Yamanobe no michi, take the JR train from Nara to Miwa Station. Or take the Kintetsu line from Sakurai, then change for the JR line and get off at Miwa station.

The shrine is 10 minutes walk away from the station. For Kashihara and Asuka, take the Kintetsu line up to Yamato Yagi Station or Asuka Station. From there, walk 30 to 40 minutes up to Fujiwara-kyo or rent bicycles at the station and explore Asuka village by bike. 

Écrit par Jeanne Austry
Membre de JapanTravel
Traduit par Geoff Day

Laissez un commentaire