Dans la Jungle d'Iriomote

Quand le Japon devient tropical

Par Julien GIRY   2 juin 2016

La plus grande île de l'archipel Yaeyama, dans la préfecture d'Okinawa, est presque intégralement recouverte d'une jungle luxuriante. Le milieu naturel de plusieurs espèces endémiques, dont le sauvage chat d'Iriomote.

Ce n'est pas franchement facile de l'apercevoir en chair et en os. Pourtant le chat sauvage d'Iriomote, découvert en 1965 et dont la population ne compte qu'une centaine d'individus, est omniprésent sur l'île du même nom. Peluche, porte-clés, tee-shirts, magnets, pantoufles sont à l'effigie du « yamaneko ». Comme partout au Japon, l'attraction locale se décline sous toutes ses formes.

Les panneaux de circulation de l'unique route de l'île, qui relie Shirahama à Ohara en 45 kilomètres, de la côte nord-ouest à la côte est, s'attarde aussi sur lui. Cela pour enjoindre touristes et locaux à ne pas dépasser les 30km/h réglementaires afin de donner une chance au chat malheureux qui traverserait la Route 1. Mais la plupart du temps, les chats d'Iriomote mènent leur vie de solitaire au fond de la jungle impénétrable de l'île.

La jungle se découvre en remontant les rivières de l'île (Urauchigawa au Nord-Ouest et Nakamagawa à l'Est), seul en kayak ou en tour organisé. L'embouchure des cours d'eau se caractérise par des zones uniques de mangroves, où les grandes racines des sakishimasuo-no-ki (les arbres géants) arrivent très bien à plonger dans l'eau salée de la mer de Chine orientale.

L'île tropicale abrite évidemment de belles plages, dont l'une des deux seules au monde où l'on trouve du sable étoilé : Hoshizuna no Hama – ce qui signifie littéralement la « plage du sable étoilé ».

En saison, de début novembre à février, ne pas rater la spécialité de l'île : le sashimi de sanglier. La pureté de la race sur cette île isolée garantit l'absence de bactéries dans la viande crue, fraîchement chassée par les habitants. A déguster avec une purée d'ail et de la sauce soja.

Plusieurs bateaux rallient quotidiennement Iriomote à Ishigaki, depuis les deux ports de l'île, Uehara au Nord (40-50 minutes, 2360 yens, départs toutes les 1-2 heures) et Ohara à l'Est (35-40 minutes, 1800 yens, départ toutes les 30-60 minutes). S'y rajoute un ferry pouvant transporter les véhicules les lundis, jeudis et samedis. Mais il est bien plus simple de louer une voiture en arrivant sur l'île.

Écrit par Julien GIRY
Membre de JapanTravel

Laissez un commentaire