Le Sanctuaire Atsuta-Jingū

Le second sanctuaire le plus sacré du Japon

Par Noam Lhote   3 mars 2016

Situé au cœur de Nagoya (à deux stations de métro de la gare), le sanctuaire shintoïste Atsuta-jingū est considéré comme le deuxième sanctuaire le plus sacré du Japon après celui de Ise-jingū.

Le sanctuaire a été construit sous le règne de l'Empereur Keikô (73-130), il est dédié à la déesse du soleil Amaterasu, qui serait à l'origine de la dynastie impériale japonaise. Le sanctuaire aurait été construit pour accueillir notamment le Kusanagi no Tsurugi (le “sabre faucheur d’herbe”) qui aurait été offert par cette même déesse. Ce sabre peut être vu comme un équivalent d'Excalibur dans la mythologie médiévale européenne, il est l’un des trois trésors sacrés du Japon, avec le miroir de bronze Yata-no-Kagami et le bijou Magatama. 

Même si ces trois reliques ne sont visibles que par quelques privilégiés (l'empereur et quelques prêtres de très haut rang), le grand public peut profiter des jardins du sanctuaire - avec ses arbres millénaires - et du bunkaden, le musée des trésors du sanctuaire où sont exposées plusieurs reliques.

Enfin, tout au long de l'année, environ 70 cérémonies (festivals ou encore mariages) sont organisées dans le sanctuaire. Ainsi, même si les grands jardins peuvent paraître calmes et reposants, ils ne manquent parfois pas d'animation !

Si vous avez visité le sanctuaire de Ise-jingū, il est fort possible que vous observiez beaucoup de similarités au niveau de l'architecture des bâtiments et de certains décors, comme les barils de saké. Cela vient du fait que le sanctuaire d'Atsuta-jingū a été rénové durant la période Meiji (1868-1912) sur le modèle du sanctuaire d'Ise-jingū.

Pour accéder au sanctuaire, le plus simple est de rejoindre la station de métro Jingunishi et de prendre la sortie 2, il suffira ensuite de continuer tout droit quelques minutes pour se retrouver devant l'entrée principale.

L'entrée est gratuite, le lieu est ouvert 24 heures sur 24 et vous trouverez même dans les jardins quelques "restaurants" où vous pouvez déjeuner ou dîner.

Le seul point négatif de ce sanctuaire est que malgré son importance, les panneaux d'informations, que ce soient les plans ou bien ceux relatant l'histoire du sanctuaire et de la région, sont uniquement disponibles en japonais (le sanctuaire étant visité en très grande majorité par des Japonais). Mais il est fort probable que cela change d'ici 2020 avec les Jeux Olympiques qui vont attirer de nombreux touristes étrangers.

Écrit par Noam Lhote
Membre de JapanTravel

Laissez un commentaire