Les Festivals d'Été Japonais

Immergez-vous dans les quelques milles "matsuri"

On dit qu'un festival se déroule chaque jour au Japon. Chaque année, 100 000 à 300 000 d'entre eux, aussi appelés "matsuri", fleurissent à travers tout le pays : certains pour la première fois, d'autres s'inscrivant dans la continuité d'une histoire de plus de 1 000 ans, des fêtes de quartier aux manifestations enregistrant des millions de spectateurs. C'est au cours des mois de juillet et d'août, période des feux d'artifices, que les matsuri sont les plus resplendissants.

La plupart des Japonais font face à une chaleur humide au cours de l'été. Armés de ventilateurs électriques ou en bambou et de blocs réfrigérants portatifs, faire la fête est pour eux un défi. Suivez la musique, les lanternes et les odeurs émanant des stands de nourriture pour trouver le paradis de tout photographe. Des enfants attrapant des poissons rouges au moyen d'épuisettes en papier. De la glace pilée recouverte de sirop aux couleurs vives. Le mouvement vif accompagnant la préparation des nouilles yakisoba.

Les gens arborent des yukata en coton traditionnels. Les hommes sont vêtus de manière austère, en bleu ou en gris, mais les femmes sont éblouissantes, se déplaçant par tout petits pas, enveloppées d'imprimés aux couleurs vives, leurs cheveux relevés à l'aide d'épingles décoratives. Joignez-vous à eux et revêtez un yukata, mais ne soyez pas trop enthousiaste : le vêtement transforme les visites aux toilettes en défi logistique.

De la rédaction de voeux sur des morceaux de papier à suspendre à des branches de bambou (festival de Tanabata) à l'exécution de danse coiffé d'un chapeau de paille afin d'invoquer les esprits ancestraux (Awa Odori), les coutumes varient selon les régions. Le coup de tonnerre des tambours taiko assez puissant pour fendre le ciel et le trille des flûtes imitant le chant de la cigale rythment l'été.

Histoire des "matsuri" japonais

Les matsuri trouvent leurs origines en des temps anciens, lorsque les Japonais contemplaient la nature et les esprits. Des rites émergèrent pour apaiser les divinités en colère et repousser des catastrophes telles que des épidémies, des typhons et les insectes nuisibles aux récoltes. Aujourd'hui encore, dans le cadre de parades, des hommes en sueurs déplacent des sanctuaires portatifs à la conception élaborée sur leurs épaules ou sur des roues, en des gestes saccadés visant à réveiller les dieux endormis qui s'y trouvent. Une fois qu'ils ont bénéficié de l'hospitalité humaine, les divinités sont raccompagnées en leur domaine.

Les sculptures délicates et les somptueuses structures des temples regorgent de références culturelles, et les matsuri inspirent l'art et l'artisanat japonais. Certains des chars imposants peuvent nécessiter un an de préparation. Chaque région possède un rite dédié à la riziculture qui lui est propre. Les chants, les pas de danse et les masques issus de danses d'anciens villages agricoles ont évolué avec le théâtre .

Les croyances religieuses se sont affaiblies et une tendance aux festivals plus importants promouvant le tourisme et le divertissement émerge. Toutefois, le domaine du sacré et le monde du spectacle restent étroitement liés. Le Japon est un lieu où une entreprise spécialisée dans la fumigation érige une tombe destinée à des fourmis blanches. Les aiguilles à coudre usagées sont honorées et piquées dans des morceaux de tofu tendres. Les Kami sont les esprits vivants dans toutes choses, qu'elles aient été créées par l'action de la nature ou de la main de l'homme: arbres, pierres, théières, pinceaux de calligraphie...

Les festivals d'été mêlent Shintô, Bouddhisme et modernité en un bouillon salé et frémissant. Les villes sont de vrais saunas où l'asphalte dégage de la chaleur dans la nuit, jeunes et vieux se mélangent, et les inhibitions comme les différences hiérarchiques s'effacent. Il y a tant à voir, et si la chance vous sourit, vous pourriez même apercevoir un fantôme ou un démon sorti s'amuser.

Les festivals vedettes

  • Festival de la rivière Sumida
  • Festival de Zama Mikoshi
  • Festivals d'été de Saitama
  • Festivals d'été du Tohoku
  • Bon Odori de Ebisu
  • Festival de Tenpin
  • Festival du Feu de Tejikara
  • Festival des Rizières de Terasaka
  • Festivals de Kiriko à Noto
  • Festival d'été de la ville de Takahashi
  • Festival d'été Mori no Kuni
  • Festival d'été de Hiranosato
  • Festival d'été de Honmoku à Yokohama
  • Feux d'artifice estivaux de Beppu
  • Kutchan Jagamatsuri
  • Festival de Bon Odori Morito no Hama
  • Gion Matsuri à Kyoto
  • Festival et Feux d'artifice de Nagaoka
  • Tsushima Tenno Matsuri
  • Festival et Feux d'artifice de Mitsuhama
  • Hanyu Natsu Matsuri
  • Festival d'été du Château de Nagoya
  • Sanja Matsuri

Sources :

Whelan, C., Kansai Cool, Tuttle Publishing, 2014

Festivals, Begin Japanology, (documentaire), NHK (Japan Broadcasting Corporation), 2009

Festivals, Japanology Plus, (documentaire), NHK (Japan Broadcasting Corporation), 2014

0
0

Laissez un commentaire