Shikoku en fete

Awaodori

Ayatassa Ayattasa...!

« C'est un fou qui danse et c'est un fou qui regarde ! Si les deux sont fous, autant s'amuser et danser ! »

Ces danses remontent à 1587, lorsque le seigneur Hachisuka Iemasa (1558-1638) offrit du saké à tous les habitants de la ville pour fêter la fin de la construction du château de Tokushima. Les gens du coin alors ennivres se mirent à danser.

Awa est l'ancien nom de Tokushima. Awa Odori, la danse d'Awa, se caractérise par des pas réguliers et par un rythme repetitif et dynamique. Femmes  hommes et enfants dansent dans des troupes séparées plus ou moins professionelles et défilent à travers la ville au son d'une musique jouée par des tambours et des gongs, ainsi que des shamisen  et des flûtes. La règle de base de cette danse est de balancer son bras droit en avant en même temps que sa jambe gauche, puis son bras gauche en même temps que sa jambe droite en accord avec  la musique.

Durant la journée, on peut voir les troupes de plusieurs douzaines de danseurs. Le soir toute la ville vibre au son des tambours et des défilés des danseurs. L'excitation atteint son comble vers 22h30 dans plusieurs endroits de la ville, dans les parcs du centre, sur des scènes nommées  où les spectateurs se joignent aux danses, sur la rue Odori reliant les scènes et la place Machikado Hiroba, ainsi que dans les zones commerçantes. Au centre-ville plus particulièrement vers le grand magasin Soko (ou vers 19 heures au sous-sol on peut acheter des Bento ), un groupe de musiciens et un chanteur-animateur animent  la soirée où le public danse en rond. Ce fut le moment le plus mémorable pour moi, cet été 2018 qui était particulier car plus de la moitié du public habituellement présent était absent à cause des intempéries, typhons ravageurs et canicules extrêmement durs cette année là. Mon troisième festival d'Awaodori et je n'avais jamais vu les tribunes aussi parsemées. De plus, un arrêté préfectoral interdisait pour la première fois les ''danses sauvages''. Il y a un endroit vers le centre-ville, une place où la foule des spectateurs dansait jusqu'à minuit...

Mais malgré l'interdiction, un ''bal Awaodori sauvage '' résistait heureusement et pas de policiers, lesquels restaient à distance. À un moment le chanteur a fait allusion à cette interdiction en soulignant que cela fait 600 ans que le peuple danse aux Matsuris Awaodori et que ce n'était pas maintenant que cela allait s'arrêter...

Se rendre ici

Pour y aller : Tokushima est la ville principale de Shikoku et l'étape 1 du pèlerinage de Shikoku, le pèlerinage aux 88 temples. Un aéroport bien sûr mais le moyen idéal pour se rendre sur l'île est de prendre le ferry de nuit depuis Tokyo (Terminal Tokyo Big Sight -Teleport, marche de 20 minutes depuis la station, les billets peuvent s'acheter sur place le jour même, départs quotidiens.

10 000 Yens l 'aller-simple avec une nuit à bord, restaurants, bars. Vous voyagerez avec les familles natives de Tokushima et des camionneurs. Il y a un bain public et les chambres façon ''Hôtel capsule'' sont très confortables. Le voyage dure une nuit et une demi-journée.

Cet article était-il utile ?

Suggérer une modification

0
0

Laissez un commentaire

Thank you for your support!

Your feedback has been sent.