Yamazaki, un Ryokan Familial

Séjournez dans un havre de paix et de tranquillité

Par Erik OBrien   

Bien qu’il soit un peu éloigné du centre de Kyoto, si vous vous sentez capable d’endurer un trajet en bus de 20 à 30 minutes et que vous souhaitez vous éloigner de l’agitation citadine, vous trouverez alors que cet inconvénient n’est, en réalité, qu’un inconvénient mineur. C’est le seul et unique endroit où j’ai l’habitude de séjourner à Kyoto, qui plus est parfaitement situé si vous avez passé la journée ou la soirée à Arashiyama.

Familial, ce ryokan (auberge traditionnelle japonaise), qui comporte également un restaurant ouvert à tous, est donc situé à Umegahata, à proximité de Sagano et d’Arashiyama et à seulement quelques minutes du Ninna-ji ou du Kinkaku-ji (le pavillon d’Or), deux temples bouddhistes parmi les plus célèbres de Kyoto. Pratique si vous êtes amené à visiter l’un ou l’autre de ces deux temples…

Le ryokan est constitué de deux bâtiments bien distincts : celui qui jouxte le restaurant, pour les clients souhaitant disposer d’un bain privatif (5 775¥), et celui où les bains sont en commun (4 200¥).

En optant pour les bains communs, la chambre est un peu moins chère, ce qui est assez courant au Japon. Certaines chambres donnent sur de petits jardins privatifs, et en automne c'est un régal pour les yeux… qui pourrait bien vouloir rater ça au réveil ?

Une fois arrivé en haut du petit chemin sinueux, vous tomberez sur une porte en bois. Franchissez cette porte et vous aurez l’impression d’avoir fait un bond de plusieurs siècles dans le passé. En automne, les érables japonais, dont les feuilles mortes colorées tapissent l’allée de pierre ainsi que la pelouse, vous accueillent dans ce havre de paix. Quelques petites pierres, faisant office de chaises, sont savamment placées pour que vous puissiez admirer les érables dans toute leur splendeur. La nuit, de petits spots lumineux sont allumés et mettent parfaitement en valeur ces magnifiques spécimens.

Même depuis les douches, qui surplombent ces ravissantes couleurs automnales, vous pourrez admirer le jardin, que vient encore embellir le doux bruit d’une petite rivière, comme en arrière-plan. Esthétique et réjouissant, à la fois pour entamer votre journée et pour décompresser une fois celle-ci terminée.

En réservant à l’avance, vous aurez peut-être la chance d’obtenir une chambre donnant sur le jardin, sans frais supplémentaires. Assis sous le ciel étoilé, une Kirin bien fraîche à la main pour éveiller vos papilles gustatives, l’air frais d’une nuit d’automne emplit vos poumons et s’ensuit presque immédiatement un état de béatitude spirituelle.

Si vous avez acheté quelques petites provisions lors de vos pérégrinations, vous pourrez les mettre au frais dans le réfrigérateur de la cuisine. Et même si vous avez déjà acheté quelque chose à manger, sachez tout de même que les plats proposés sont excellents. Leur cuisine rivalise d’ailleurs aisément avec celle de tous les autres restaurants que j’ai pu essayer à Kyoto ! A tel point que je prends mon petit déjeuner sur place tous les matins, et j’essaie d’y dîner au moins deux fois par séjour.

Le petit déjeuner (1 050¥), composé chaque jour de plats différents, est suffisamment copieux pour vous faire tenir jusqu’au déjeuner. Je vous conseille de goûter ne serait-ce qu’une fois au Yamazaki Kaiseki. Le Kaiseki, plat onéreux généralement servi dans des restaurants haut de gamme, est proposé à un tarif plus raisonnable ici (6 000¥), et c’est l’un des meilleurs qu’il m’ait été donné de goûter ! Si vous n’êtes pas tenté, vous pouvez aussi opter pour un bol d’udon (pâtes de couleur blanche, plus épaisses), accompagné de sushis, à partir de 800¥.

A votre arrivée, vous serez accueilli chaleureusement par les membres de la famille, qui s’occuperont de vous avec le plus grand soin. Que ce soit par de simples gestes, en vous offrant de lire un journal en anglais (ou peut-être en français !), en vous demandant comment s’est passée votre journée ou en vous donnant quelques petites suggestions pour vos prochaines visites, tout est fait pour que vous ayez l’impression de faire partie de la famille. A l’intérieur, deux tables sont installées devant le jardin de pierres pour rendre inoubliable cette expérience culinaire et familiale.

Si vous êtes de sortie à Arashiyama et que vous souhaitez profiter de votre soirée sans avoir à surveiller l’heure pour prendre les transports en commun, sachez que le trajet en taxi jusqu’au ryokan Yamazaki vous coûtera environ 1 200¥. Si vous êtes en voiture, vous pourrez aussi vous garer gratuitement sur le grand parking du ryokan.

Un ordinateur est également mis à disposition de la clientèle, en plus d’une connexion Wi-Fi gratuite.

  • Site internet: ryokan-yamazaki.com (anglais)
  • E-mail: info@ryokan-yamazaki.com
  • Téléphone: 81-75-864-1308 / Fax: 81-50-3737-3660
  • Adresse: 11 Takahana-chō, Umegahata, Ukyō-ku, Kyoto

Cet article était-il utile ?

Suggérer une modification

0
0
Julian Bohler

Julian Bohler @julian.bohler

Born in France, I was twenty years old when, passing by a local bookstore, a book about Japanese characters caught my attention. This was my first encounter with Japan, and one that would change my life in many ways. Earning a degree in Japanese Studies with a major in Japanese religions and folklore, I have studied for two years in Kyoto but it only took me a couple of weeks to fall in love with the city. I really feel privileged to have been able to meet so many wonderful people out there, that taught me a lot about Japanese culture and about myself. I love nature, visiting temples and shrines, reading and researching about their history, joining traditional festivals or riding my bike to discover hidden places throughout the city. I also enjoy taking pictures wherever I go and Japan is a never-ending source of inspiration for an amateur like me. With Osaka, Kobe, Nara and many other beautiful rural areas at a short train ride distance from Kyoto, Kansai is also a wonderful area for enjoying the richness of Japanese cuisine. Japan has many secrets for everyone to discover, and countless elusive moments of poetry that no guidebook can tell you about. I am delighted to be able to share the ones I had the chance to witness with you and everyone at Japantourist. I sincerely hope it will make you want to visit and discover this magnificent country.

Article original par Erik OBrien

Laissez un commentaire