Les Bains Gazéifiés de Nagayu Onsen

Sources thermales près du Parc National d'Aso-Kujû

Par Tristan Scholze   

"Avec ou sans gaz ?" fut une question qui m'a été posée dans presque tous les restaurants durant mon voyage en Allemagne. Elle faisait référence à un verre de soda ou à un verre d'eau plate, mais il a fallu que j'attende deux décennies de plus et que je déménage en Asie avant que l'on me demande de choisir entre une baignoire pleine d'eau gazeuse ou une baignoire remplie d'eau plate. Le Nagayu Onsen attire des foules de visiteurs pour ses sources d'eau chaude gazéifiée mais le village est aussi un véritable paradis pour les randonneurs et les alpinistes explorant les alentours du Parc National d'Aso-Kujû. En fin de journée, il y a quelque chose de japonisant dans le fait de revenir d'une longue randonnée dans les montagnes, puis de se relaxer dans un bain extérieur revitalisant.

Le village compte plusieurs bains publics, le Ramune Onsen (aussi écrit "Lamune Onsen") et le Daimaru Ryôkan recevant tous les honneurs. Tous deux se situent au centre du village, le long de la rivière Seri, mais de toute évidence, le Ramune Onsen attire les visiteurs avec son architecture particulière. Créé par Terunobu Fujimori, les bâtiments ont un revêtement en charbon et de hauts toits pointus dont le sommet est en bois. La végétation dense qui rempli la cour rehausse la beauté de la structure et le tout forme une oasis presque fantasmagorique au milieu du village. Même sans vous baigner à cet endroit, vous pouvez contempler les constructions et même acheter de l'eau potable (qui serait bonne pour la pression sanguine et une constipation facilitée) au magasin. Le nom vient de ramune, la boisson gazeuse estivale vendue dans une bouteille spéciale.

Le choix se porte couramment sur le Daimaru Ryôkan, une auberge japonaise haut de gamme avec des bains datant de 1917, sous l'ère Taishô. Vous pouvez choisir entre des bains gazéifiés ou non, et réserver des salles de bain familiales si vous en avez envie. Les bains vous offrent une vue sur l'extérieur et vous permettent de regarder les canards et autres oiseaux aquatiques, d'apprécier le bruit de l'eau qui s'écoule et de profiter de la verdure, des montagnes et du ciel en privé, derrière un écran.

Le Gani-yu contentera ceux qui souhaitent profiter de l'air libre dans toute la mesure du possible et qui n'ont pas peur d'être le centre de l'attention, de manière entièrement gratuite. Une légende entoure ce "Bain du Crabe", situé dans la rivière. D'après l'histoire, il y a longtemps, un crabe serait tombé amoureux d'une fille avant d'être frappé par la foudre à cet endroit. Sa mémoire est gravée dans la pierre.

Si vous préférez disposer de votre propre chalet en bois plutôt que de séjourner dans une auberge japonaise, BBC Nagayu pourrait vous convenir. Située dans un petit bois au pied de la montagne, cette alternative abordable a sa culture caractéristique centrée autour de la nature, la randonnée, la poésie et l'apaisement. Ce gîte dispose d'une importante bibliothèque sur l'alpinisme, avec une collection d'antiquités (les personnes ne séjournant pas au gîte peuvent également la visiter pour 100¥) et comprend un accès gratuit ou à prix réduit aux bains.

Nagayu a des liens culturels avec la station thermale de Bad Krozingen, dans la Forêt Noire, alors rester à l'affût des panneaux en allemand tandis que vous déambulerez dans le village. Près du Ramune Onsen, une galerie expose des poteries, des bijoux et d'autres accessoires. Dans le village, on trouve également quelques restaurants qui peuvent ponctuer une soirée à se balader le long de la rivière. Installé dans un bâtiment traditionnel faisant face au Daimaru Ryôkan, Tenpuan propose des menus en anglais et en allemand ainsi qu'une variété de spécialités locales. En marchant un peu plus longtemps, on peut rejoindre le Bansho-no-yu. Il propose un grand buffet ainsi que la possibilité de choisir vous-même la composition de vos ramen.

長湯温泉—Nagayu Onsen— Station Thermale de Nagayu

Cet article était-il utile ?

Suggérer une modification

0
0
Elodie Pourrat

Elodie Pourrat @elodie.pourrat

Ayant baigné dans la japanime depuis l'enfance, mon intérêt pour la culture Japonaise s'est largement étendu au fils des années. Je suis aujourd'hui des études de Japonais et d'Anglais, et prends beaucoup de plaisir à traduire les articles de JapanTravel.

Article original par Tristan Scholze

Laissez un commentaire