Festival de danse Soh Odori

La 17e édition du festival de danse de Niigata

Par Dorian Libet Descorne   1 oct. 2018

Ce week-end (15-16-17 septembre) avait lieu la 17ème édition du festival de danse Soh Odori à Niigata. Environ 15 000 personnes participent à ce festival, répartit en 250 groupes de danseurs venus de tout le Japon. Cet évènement est assez populaire puisqu'il rassemble chaque année jusqu'à 200 000 visiteurs.

Pendant trois jours s’installe une ambiance assez particulière dans la ville de Niigata. En se promenant dans la rue, je croise tour à tour des groupes avec des tenues de toute les couleurs, mélangeant style japonais traditionnel et mode actuelle, d’autres groupes en tenue de danse contemporaine un peu plus sobre, et un groupe de jeunes aux cheveux teints en tenue de breakdancer. Les rues de la ville sont remplies de monde et de musique, et dans les principaux lieux de la ville des installations dédiées aux spectacles de danse sont apparues, et commencent à se remplir peu à peu. La particularité de ce festival est qu’il rassemble tout type de danse : du hip-hop à la danse folklorique, en passant par la danse contemporaine et même un peu de flamenco et de salsa. L’idée principale de ce festival est de rassembler toutes les générations et cultures dans un même évènement, autour de la danse. On voit d’ailleurs des gens de tout âge, et venant de partout au Japon, et parfois même venant de l’étranger.

Ce festival prend son origine il y a plus de 300 ans. A l’époque, les habitants participaient à un festival de danse se déroulant également pendant 3 jours. La population, des paysans pour la plupart, trouvait en la danse un moyen d’échapper au quotidien de pauvreté qu’ils subissaient, et de prier pour que la récolte de l’automne soit bonne. Cette tradition s’arrêta avec l’avènement de l’ère Meiji (1868), qui mit un terme à ce festival de danse. Mais en 2001, le festival de Soh Odori est né à Niigata, dans la continuité de cette tradition, mais avec une idéologie nouvelle. Il a été créé par des jeunes de la région, et a tout de suite été un succès. L’idée était de créer un évènement intergénérationnel. Le slogan du festival est d’ailleurs : « construire un monde en mouvement pour les jeunes et les enfants qui seront responsable de la prochaine génération ». On ressent cette philosophie dans le mélange entre tradition et modernité dans les multiples spectacles de danse tout au long du festival. Ouvert à tous, le festival tire d’ailleurs son nom de cette idée. « Soh ()» signifie « tout » tandis que «Odori ( 踊り)» signifie « la danse ».

J’ai pour ma part assisté à un défilé de délégation de danse venant de tout le Japon, dans une des rues principales de Niigata. La plupart des danseurs étaient des lycéens ou des élèves d’université, et proposaient des chorégraphies inspirées de danses folkloriques japonaises, mis à la mode actuelle, donnant un mélange particulièrement intéressant. Leurs tenues, ainsi que les musiques utilisées, suivaient le même principe : inspiration traditionnelle, forme moderne.

C’est d’ailleurs une idée qui revient souvent dans les différents évènements culturels auxquels j’ai pu participer dans cette région. Les habitants de la préfecture de Niigata sont très attachés à leur culture, en sont fiers et n’hésitent pas à la mettre en avant, et à cela s’ajoute une communauté de jeunes entreprenants et créatifs, ce qui donne ce mélange si intéressant qu’on retrouve notamment dans le festival Soh Odori.

Se rendre ici

Niigata est accessible depuis Tokyo en Shinkansen, et dispose d'un aéroport international.

Membre de JapanTravel

Laissez un commentaire