Niigata Craft beer no Jin

Le meilleur festival de la bière au Japon ?

Par Bryan Baier   

Je n'avais pas bu de bonne bière brassée depuis mon arrivée au Japon en 2009, donc lorsqu'un de mes amis m'invita au Niigata Craft Beer no Jin je ne pus résister à la tentation d'y aller. 

Deux zones d'arcades de Furumachi, dans le centre-ville de Niigata (Furumachi 5 et 6) sont entièrement fermées à la circulation et remplies de tentes et de stands qui pendant tout le weekend servaient de la délicieuse bière. J'ai vu plein de styles de bières différentes, brassées par énormément de personnes différentes issues de nombreux pays, chacune était intéressante à déguster lentement. Cela faisait longtemps que je n'avais pas autant apprécié la bière. 

Le prix d'entrée incluait 12 tickets (on pouvait en acheter plus), mais mon gabarit pas si lourd que ça commençait à atteindre ses limites après la dixième bière. Avec tant de délicieuses bières à goûter, mon seul regret est de ne pas avoir été capable d'en essayer plus. 

En fonction de comment les jours tombent, le Niigata Craft Beer no Jin se déroule le dernier weekend de juin ou le premier weekend de juillet. Les tickets d'entrée, qui incluent un verre souvenir et 12 tickets de boissons/nourriture, coûtent ¥3 000 et peuvent être achetés dans n'importe quel combini. Si vous les achetez à la dernière minute, le prix monte à ¥3 500. D'autres tickets peuvent être achetés pour ¥200 chacun. 

Venez donc prendre une bière à Niigata !

Cet article était-il utile ?

Suggérer une modification

0
0
Alexis Guiral

Alexis Guiral @alexis.guiral

Etudiant en école de commerce, actuellement en stage à Niigata.  Passionné d'arts martiaux Japonais, en particulier le Karaté et l'Aikido, j'ai commencé à apprendre le Japonais en France, et je suis actuellement en train de chercher à m'améliorer par la pratique quotidienne.  J'espère que mes articles vous transmettrons les sentiments que m'ont fait vivre les lieux que j'ai visités, et j'ai hâte de recevoir vos commentaires!  よろしくお願いします。

Article original par Bryan Baier