Le Musée Showa de Takayama

Retour dans le passé du Japon au XXe siècle

Par Julien MENTZER   26 sept. 2016

La ville de Takayama, nichée dans les Alpes japonaises, est connue pour le charme de ses rues plongeant le touriste dans un Japon ancien. Les maisons de bois aux allées étroites donnent l’impression qu’une rencontre avec un samouraï est tout à fait possible. Ce Japon du passé est aussi très présent avec la reconstitution d’un village folklorique non loin du centre-ville. Ces maisons aux toits de chaume ont le charme enivrant d’une histoire que seuls les livres peuvent raconter.

Mais il y a un passé, plus proche, et tout aussi intéressant, celui du siècle dernier. Le musée de Showa, situé en plein centre-ville de Takayama, vous propose de découvrir ce qu’était une ville japonaise pendant l’ère Showa (1926 à 1989). La reconstitution d’une ville avec ces différents endroits compose le plan de l’exposition. C’est une grande partie de l’histoire du XXe siècle qui est présentée sous forme de plusieurs thématiques, allant du poste de police, du cinéma ou du marchand de tabac.

Sur deux étages, vous allez faire une balade dans le temps et découvrir des intérieurs de maison japonaise, les ancêtres des Bic caméra, une classe avec ses bureaux en bois et les bouliers… Les décorations sont omniprésentes et on peut même s’arrêter pour regarder le détail d’une affiche ou pour prendre une photo d’un ancien logo d’une marque connue.

Le musée abrite une collection d’objets étonnants. Des vieilles revues de manga aux calculatrices, les souvenirs vont être nombreux pour le visiteur un peu âgé. Le deuxième étage permet une vue sur le rez-de-chaussée donnant une sensation de grandeur très agréable. Le musée montre aussi les différentes évolutions au fil du temps de certains objets comme les appareils photos ou les montres.

Une échappée dans un Japon pas si lointain. On y retrouve les bases du Japon d’aujourd’hui. Que ce soit avec les équipements technologiques ou les premiers mangas, tout est tourné vers le consommateur. La visite donne l’impression d’être dans un film des années 60. Le paradoxe de ce musée est une fois la visite terminée, vous allez vous retrouver dans les petites ruelles anciennes de la ville mais rassurez-vous le combini n’est jamais très loin. 

Écrit par Julien MENTZER
Membre de JapanTravel

Laissez un commentaire