Son énorme et confus labyrinthe de transports en commun est une des choses positives du Japon, mais cela peut aussi être un vrai défi pour des touristes étrangers. Même si prendre le métro peut faire partie de l'expérience à la japonaise, parfois il est juste plus simple de prendre le taxi.

Et même si prendre le taxi peut être considéré par beaucoup de Japonais comme un moyen de dernier recours - ils y montent souvent de mauvaise grâce une fois minuit passé et à la fin du service des métros et bus - Les taxis Japonais sont souvent loués comme étant parmi les meilleurs au monde, malgré leur prix assez coûteux.

Trouver un taxi

Même si vous pouvez repérer un taxi sur la route et simplement lever votre main en espérant qu'un d'entre eux s'arrête, une manière plus efficace est de faire la queue à un "poste de taxis", souvent localisé devant les stations de train, avec les arrêts de bus. Les taxis seront presque toujours présents à ces postes de taxis pour récupérer des passagers, peu importe l'heure de la journée; le désavantage avec ces stands de taxis est que la file d'attente peut vite devenir extrêmement longue, surtout la nuit.

Les taxis peuvent aussi être réservés via téléphone (très peu de compagnies de taxis proposent des réservations en ligne), généralement sans charges additionnelles.

Tarifs

Les tarifs au Japon sont presque toujours au mètre. La plupart des taxis ont une charge initiale de 2km, qui change selon la région; pour Tokyo le prix de départ est de 730 yens. Les charges additionnelles dépendent aussi de la région et de la compagnie - par exemple, à Tokyo une fois passé les 2km initiaux chaque 280 mètres en plus reviendra à 90 yens, tandis que pour chaque 105 secondes où le taxi n'est pas en mouvement il y a aussi une charge de 90 yens. Les tarifs sont habituellement majorés de 20% en horaires tardifs, souvent entre 22h et 5h. C'est aussi au passager de payer tous péages d'autoroutes qui peuvent être rencontrés pendant la course. Les tarifs de taxis peuvent être calculés en utilisant Numbeo, tandis que Ainoriya est une application vous permettant de trouver quelqu'un avec qui partager la course afin de baisser son prix. Gardez en mémoire que les pourboires ne sont pas nécessaires au Japon ! 

Services

Des taxis plus luxueux sont aussi disponibles ( tels MK Taxi Limousines) pour des prix bien plus élevés. Dans certaines régions touristiques telles que Kyoto, des taxis privés et forfaitaires pour touristes comme Kohno Jumbo Taxi sont proposés avec des guides parlant anglais.

Uber n'est actuellement pas disponible au Japon, car le gouvernement a décrit ses fonctions de partage de véhicule comme illégales. Néanmoins, un service similaire nommé Line Taxi ( dirigé par la compagnie Japonaise SNS Line) est actuellement en train de gagner en popularité, étendant ses services en dehors de Tokyo, dans plus de 90 villes japonaises - ce service est néanmoins limité aux utilisateurs de Line Pay ( nécessitant une pièce d'identité et une carte de crédit japonaise)

À savoir

Les conducteurs de taxis japonais sont reconnus comme étant amicaux et honnêtes, et presque tous les taxis dans les rues exercent dans la légalité. Néanmoins, ils sont en droit de refuser tous passager en état d'ébriété avancée. Même si la majeure partie des conducteurs ont des bases d'anglais et que la plupart des taxis sont équipés de GPS, le meilleur moyen de leur faire savoir votre destination est encore de leur montrer l'adresse.

Une plaque électronique du côté passager du pare-brise indique si le taxi est libre (空車) ou occupé  (賃走), ou bien si les tarifs tardifs sont appliqués (割増). Presque toutes les portes de taxis sont ouvertes et fermées automatiquement par le conducteur alors prenez garde! Et n'oubliez pas de mettre votre ceinture, la loi Japonaise exige que tous les passagers en portent.
 

Comme mentioné précédemment, certains taxis "spéciaux" sont en activité dans des zones touristiques, par exemple Kohno Jumbo Taxi ou encore l'unique Cyclopolitian Taxi à Yokohama.

Une des choses que vous pourrez remarquer en vous promenant dans les rues au Japon est les taxis garés avec leur conducteur faisant la sieste à l'intérieur! Beaucoup des conducteurs font des journées de 20 heures, comme les japonais prennent le taxi bien après minuit, il est nécessaire pour eux de faire des siestes réparatrices durant leur pause en journée. Une vue surprenante, mais qui ne veut en aucun cas dire qu'ils se relâchent au travail - et il vaut mieux qu'ils dorment dans des voitures à l'arrêt en journée que dernière le volant la nuit !