Photo: Fabien Recoquille

A la découverte d'Ako : Sel et Ville

Featured | By Tom Fay 

Située à l'extrême sud-ouest de la préfecture de Hyogo, Ako est une petite ville nichée sur les rives de la mer intérieure de Seto. Elle est devenue renommée pendant la période Edo (1603-1867) comme l'une des principales régions productrices de sel du pays, notamment après le développement de nouvelles techniques qui a conduit à une productivité et une efficacité remarquables. De nos jours, la région est toujours connue dans tout le Japon pour son célèbre sel, mais elle est également en train de devenir une destination de voyage intéressante grâce à ses merveilleuses sources thermales balnéaires, son histoire fascinante et sa nature abondante. De plus, elle est facilement accessible depuis les principales destinations touristiques telles que Osaka, Hiroshima et Himeji.

(Photo: Fabien Recoquille)

L'histoire de la fabrication de sel à Ako

Entourée de collines basses et boisées, Ako se situe le long de la rivière calme Chikusa, qui descend depuis les montagnes et se dirige vers les plaines côtières où s'est développée l'industrie de la fabrication de sel de la ville. Le Japon manquant de certaines ressources naturelles telles que le sel gemme, les Japonais dépendent, depuis l'Antiquité, de l'eau de mer pour la production de sel. Cependant, comme la concentration en sel de l'eau de mer n'est que d'environ 3 %, l'ancienne méthode de faire bouillir l'eau de mer pour produire du sel n'était pas particulièrement efficace, jusqu'à ce qu'une nouvelle méthode soit développée pendant la période Edo.

(Photo: Fabien Recoquille)
(Photo: Fabien Recoquille)

Cette nouvelle méthode impliquait la création de champs de sel, construits à l'aide de digues, alimentés par les marées par divers canaux et remplis d'eau de mer. Après l'évaporation de l'eau de mer, la croûte salée résultante était mélangée avec plus d'eau de mer, augmentant sa salinité (jusqu'à 18%) avant d'être bouillie, créant ainsi le célèbre sel d’haute qualité grâce auquel Ako est devenue connue.

Grâce à ses larges plaines côtières, à l'amplitude des marées de la mer intérieure et au climat doux et ensoleillé de la région, Ako est devenue une pionnière de cette nouvelle méthode de culture de sel, appelée Irihama Enden, à l'époque d'Edo. Après environ 1645, le clan Ako a commencé à développer ces fermes de sel à grande échelle, qui ont finalement couvert des centaines d'hectares de terres à la fin de la période Edo. Ako est devenue célèbre pour la taille et la productivité de son industrie de fabrication de sel, expédiant du sel à Osaka, Tokyo et au-delà.

(Photo: Fabien Recoquille)

La méthode ‘Irihama Enden’ a été utilisée pendant trois cents ans jusqu'à ce qu'une nouvelle technique de flux descendant augmente à nouveau la productivité dans les années 1960. De nos jours, la plupart du sel d'Ako est produit dans des usines. Cependant, Ako représente toujours environ 20 pour cent de la production de sel du pays et est toujours surnommé le «pays du sel» du Japon.

(Photo: Fabien Recoquille)

Mais ceci n'est qu'une partie de l'histoire d'Ako, car la ville est bien connue dans la tradition des samouraïs pour le 'Chῡshingura', la tristement célèbre histoire de 47 samouraïs loyaux 'rōnin' qui se sont vengés après la mort de Naganori Asano, le seigneur d'Ako, en 1701. L'activité humaine dans la région remonte bien sûr à bien plus loin, comme en témoignent les vestiges des villages des époques Jomon et Yayoi et les tumuli (anciens tumulus) trouvés dans le district d'Une - un lieu incontournable pour les passionnés d'histoire.

Le paysage urbain d'Ako

Ako est une petite ville avec de nombreux endroits ruraux et regroupe un certain nombre de zones différentes et uniques. La zone principale d'Ako est centrée autour de la gare de Banshu-Ako. À proximité, de nombreux endroits rappellent l'histoire profonde de la ville, notamment le musée d'histoire de la ville d'Ako, où les visiteurs peuvent découvrir, via un diorama, comment les équipements de fabrication de sel ont évolué et connaître davantage sur le fascinant passé de la ville. Les vastes ruines du château d'Ako sont également à quelques pas; pour des découvertes culturelles, vous pourrez vous promener dans les magnifiques jardins du temple Kagakuji ou du sanctuaire Ako Oishi, tous les deux situés en plein cœur de la ville.

(Photo: Fabien Recoquille)

Les quartiers de Misaki et d'Osaki se situent à l'extrémité sud de la ville. Là-bas, vous retrouverez certains des meilleurs ryokan (auberges japonaises traditionnelles) d'Ako , offrant des sources chaudes en bord de mer avec des vues sur l'océan et qui permettront de vous régaler avec des fruits de mer exquis qui varient selon la saison. Kirakira-zaka est un lieu unique pour les amateurs de photographie : suivez les marches dans la jolie rue pavée, bordée des deux côtés de cafés et de magasins élégants. Vous découvrirez alors une magnifique vue sur les îles lointaines qui parsèment la mer intérieure de Seto.

(Photo: Fabien Recoquille)

Au parc Hyogo Ako Seaside, situé à proximité, vous pourrez admirer des reconstitutions réalistes des bâtiments et des méthodes utilisées pour la fabrication du sel, et même fabriquer votre propre sel à emporter chez vous. Il y a aussi un musée des sciences, un grand parc et plusieurs plages pour profiter du beau temps.

(Photo: Fabien Recoquille)

À l'est de la ville se trouve Sakoshi, une charmante et ancienne zone portuaire où subsistent de nombreux bâtiments historiques. Le sanctuaire d'Osake se trouve à mi-hauteur d'une colline surplombant la baie et joue un rôle central pendant le festival de bateaux animé de Sakoshi qui a lieu le deuxième dimanche d'octobre.

(Photo: Fabien Recoquille)
(Photo: Fabien Recoquille)

N'oubliez pas de visiter Okuto Shuzo, une ancienne et impressionnante brasserie avec un petit musée produisant du saké depuis la période Edo. Vous pourrez également visiter l'ancien Sakoshiura Kaisho, un lieu de rencontre et maison de repos pour le seigneur du clan Ako. C'est un endroit idéal pour faire une pause et admirer l'intérieur fabuleusement préservé et le jardin japonais miniature qui évoquent l'atmosphère du passé. Laissez-vous tenter par les délicieuses pâtisseries de style napolitain de Salita, une boulangerie artisanale sur la rue principale de Sakoshi.

(Photo: Fabien Recoquille)

Dans le quartier rural Une au nord de la ville, vous pourrez découvrir des restes de l'histoire la plus profonde d'Ako. Au parc du site historique de Higashiune Okita, il y a des reconstitutions fidèles de maisons en fosse aux toits de paille des villages de la période Yayoi (500 avant JC-300 après JC) et de la période Kofun (300 avant JC-538 après JC); tandis qu'au Une Koukoan de la ville d’Ako, vous pourrez connaître davantage sur l'histoire d'Ako depuis la période Jomon (14 000 à 500 avant notre ère), grâce à une variété de découvertes archéologiques locales.

(Photo: Fabien Recoquille)

Toute visite à Ako sera sans doute un véritable voyage de découverte, dans cette ville regorgeant d'histoire, de nature et de lieux de détente apaisants.

Cet article était-il utile ?

Suggérer une modification

129
0
Serena Ogawa

Serena Ogawa @serena.ogawa

Travel Editor for Japan Travel by day, novel-writing cat lady by night.

Article original par Tom Fay

Laissez un commentaire