Le Chūson-ji à Hiraizumi

Premier site du Tōhoku protégé par l'UNESCO, la "Kyoto de l'Est"

Par Tom Roseveare   

Hiraizumi, jolie ville rurale du sud de la préfecture d’Iwate, offre à la fois une plongée au cœur du Tōhoku et un aperçu spectaculaire d’un Japon plus historique. Premier site du Tōhoku à avoir été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2011, Hiraizumi est une étape importante pour tout voyageur souhaitant découvrir le nord du Japon. Même si de nombreux temples, jardins et autres sites archéologiques aux alentours contribuent à cette réputation, le Chūson-ji, temple bouddhiste, est peut-être le plus célèbre de tous, et certainement le site idéal pour entamer votre visite.

Atteindre le cœur du Chūson-ji est déjà une aventure à part entière. Une fois arrivé à l’entrée sud du complexe, accueilli par une forêt dense, enivré par le chant des cigales qu’invite la chaleur de l’été, le chemin menant au sommet du mont Kanzan et jusqu’au cœur du temple vous paraîtra bien pentu – soit dit en passant, une excellente préparation pour les Jeux olympiques de Tokyo 2020, pour ceux que ça intéresse! Néanmoins, l’épaisse forêt protège du soleil en journée (ou, en fonction de la période à laquelle vous visitez le site, d’autres intempéries). De nombreux distributeurs automatiques jalonnent aussi le sentier (leur finition en bois naturel fait office de camouflage et permet de réduire l’effet « pollution visuelle » – une bonne idée à n’en pas douter qui se transforme en bonne excuse pour goûter un Pocari Sweat).

Vous pouvez commencer par le Hondō, le « Pavillon principal », mais en poursuivant votre chemin vers le nord-ouest, vous atteindrez directement le fameux Konjiki-dō, la « Salle d’or ». Construit en bois puis recouvert de feuilles d’or, ce magnifique mausolée, merveille architecturale, est un chef d’œuvre artistique. La structure, construite en 1123, est d'origine: à ne rater sous aucun prétexte! En vous éloignant du Konjiki-dō, à l’angle, vous tomberez sur l’unique autre structure du complexe datant de cette époque et encore préservée de nos jours : la « Salle des sutras ». Même si elle n’est pas aussi grandiose que le Konjiki-dō, le poids des siècles s’y perçoit plus sensiblement et met particulièrement en valeur l’histoire du lieu. A partir de là, pour accéder à tous les bâtiments et à tous les points de vue, il vaut mieux poursuivre votre exploration dans le sens des aiguilles d’une montre. Un excellent petit restaurant, le Kanzan-tei, se trouve juste au nord de la Salle des sutras, au sommet du mont Kanzan. En plus d’être l’endroit idéal pour se reposer et reprendre des forces avec un bon repas, le point de vue sur l’est d'Hiraizumi y est magnifique, surtout les jours de beau temps. Le sanctuaire Hakusan se trouve également à proximité. Selon la légende, il s’agit du premier bâtiment à avoir été édifié par ici, avec une scène de théâtre nō en plein air. Si votre visite coïncide avec le Festival Fujiwara de Printemps ou celui d’Automne (respectivement du 1er au 5 mai et du 1er au 3 novembre), vous aurez en prime la chance d’assister à plusieurs représentations de théâtre nō.

Ce qui rend le Chūson-ji si unique, ce n’est pas seulement son histoire, mais aussi la proximité idéale des autres sites, les points de vue somptueux et la courte ascension du mont Kanzan, parsemée de temples bouddhistes que vous pourrez visiter selon vos envies. A tout cela s'ajoute une myriade de stands et d’échoppes qui, sans jamais dénaturer les sites historiques, comme cela peut souvent être le cas, apportent un plus non négligeable.

En train, vous pouvez vous rendre à Hiraizumi en prenant le Shinkansen JR Tōhoku de Tokyo à Ichinoseki (2 heures et 10 minutes de trajet). A Ichinoseki, prenez le train local de la ligne principale JR Tōhoku pour rejoindre Hiraizumi (8 minutes). Des bus circulent régulièrement entre la gare de Hiraizumi et le Chūson-ji. Si vous préférez marcher, comptez environ 20 minutes pour rejoindre le temple depuis la gare. Si vous êtes en voiture, un grand parking se trouve du côté sud de la montagne. Le tarif est de 800¥ pour le Konjiki-dō (la Salle d’or), le reste du temple est accessible gratuitement dans sa totalité.

Cet article était-il utile ?

Suggérer une modification

0
0
Julian Bohler

Julian Bohler @julian.bohler

Born in France, I was twenty years old when, passing by a local bookstore, a book about Japanese characters caught my attention. This was my first encounter with Japan, and one that would change my life in many ways. Earning a degree in Japanese Studies with a major in Japanese religions and folklore, I have studied for two years in Kyoto but it only took me a couple of weeks to fall in love with the city. I really feel privileged to have been able to meet so many wonderful people out there, that taught me a lot about Japanese culture and about myself. I love nature, visiting temples and shrines, reading and researching about their history, joining traditional festivals or riding my bike to discover hidden places throughout the city. I also enjoy taking pictures wherever I go and Japan is a never-ending source of inspiration for an amateur like me. With Osaka, Kobe, Nara and many other beautiful rural areas at a short train ride distance from Kyoto, Kansai is also a wonderful area for enjoying the richness of Japanese cuisine. Japan has many secrets for everyone to discover, and countless elusive moments of poetry that no guidebook can tell you about. I am delighted to be able to share the ones I had the chance to witness with you and everyone at Japantourist. I sincerely hope it will make you want to visit and discover this magnificent country.

Article original par Tom Roseveare

Laissez un commentaire