800 Ans d'Histoire du Thé Japonais

Marche à travers 800 ans d'histoire du thé vert

Par Julie Sergent   6 juil. 2017

Le Japon est réputé pour son régime alimentaire sain et minimaliste et il va s’en dire que chaque ingrédient sera traité avec le plus grand soin. Passant du sushi le plus frais, au ramen qui nécessite une demi journée de préparation, la cuisine est un art complexe avec son mode d’emploi à suivre à la lettre. Reconnu pour sa qualité et sa saveur, le thé japonais n’échappe pas au processus précis de culture et de travail du produit.

Mais que savez-vous de ces fameuses herbes qui ont déjà 800 ans d’histoire à travers l’archipel ?

Les 3 principaux thés exploités au Japon sont :

-Matcha : Utilisé comme arôme dans de nombreuses pâtisseries traditionnelles japonaises ou durant la cérémonie du thé, le matcha est reconnu dans le monde entier comme étant un produit à part entière.

Les pousses de tencha sont cultivées dans un jardin couvert pour que le thé ne soit pas exposé au soleil, elles sont ensuite réfrigérées de mai à novembre (ce qui permet d'en conserver la qualité), pour plus tard être étuvées et mises à sécher sans être pétries.

Le matcha est obtenu en broyant le tencha entre deux meules en pierre appelées Ishiusu. Les herbes deviennent alors une poudre verte moulue très fine.

Les wagashi (dessert sucré japonais) se marient à la perfection avec le goût profond du matcha.

-Sencha : Signifie littéralement “ thé infusé “. Les pousses fraîches provenant d’une plantation non couverte sont soumises à un bain de vapeur de 15 à 45 secondes pour arrêter l’oxydation, puis les feuilles sont roulées et séchées.

L'infusion est très verte et assez amer.

C’est le thé le plus apprécié des japonais de par sa qualité et son doux arôme.

-Gyokuro: Implantées dans la région d’Uji près de Kyoto depuis l’ère Edo, les pousses fraiches de Gyokuro ("Perle de rosée") sont couvertes pendant 20 jours pour obtenir une couleur plus foncée que le Sencha. Elles sont ensuite passées à la vapeur puis séchées tout en étant roulées.

On obtient ici un thé de grande qualité, un goût fin et fortement concentré en caféine. Il est aussi accompagné de produits sucrés (chocolat etc.) pour atténuer le goût.

Les bienfaits du thé japonais sont incontestables : riche en protéine, vitamine A, C, E, B1, B2 , caféine, fluorine, et minéraux … Ces 3 thés sont les incontournables à tester durant votre séjour sur le sol nippon.

Plongez-vous dans l’histoire du thé durant votre séjour.

Provenant de la Dynastie chinoise des Tang, le thé fut introduit au Japon au début de la période Heian (794-1185). Ce fût durant la période de Kamakura (1185–1333) à Kyoto que le moine du temple Kosan enseigna aux villageois l’art de cultiver le thé. Et c’est ici que commence notre séjour de 3 jours au coeur de 800 ans d’histoire.

1. Manpuku-ji (Jour 1)

Ōbaku-san Manpuku-ji (黄檗山萬福寺) est un temple de l’école bouddhiste zen Obaku considéré comme le temple principal des 460 autres repartis dans tout le pays. Situé à Uji (Kyoto), il abrite une splendide statue de Bouddha assis qui affiche une drôle de ressemblance avec le moine en charge des lieux : Takayuki Hirose.

C’est à travers son chaleureux tour guidé que nous avons appris que c’est ici, au milieu du 17ème siècle, que le fondateur du temple Ingen Zenji introduisit la méthode Encha (provenant de la dynastie chinoise Ming) qui consiste à verser de l’eau chaude sur des feuilles de thé sèches.

Si vous visitez ce temple, vous aurez aussi surement la chance de goûter au délicieux déjeuner riche en saveur dont est composé le repas bouddhiste 100% végétarien.

Adresse: 34 Gokasho Sanban-wari, Uji 611-0011, Kyoto Prefecture

2. Lieu de naissance de Nagatani Soen (Jour 1)

Inspiré par la méthode Encha, Nagatami Soen introduisit en 1738 une méthode unique appelée Aosei Sencha Seiho.

Auparavant abandonné, le site fût rénové en 2007 par des locaux, ce qui attire désormais de nombreux marchands de thé et des touristes venant de l’étranger.

Une fois installé dans le bâtiment principal, vous serez amenés à regarder une vidéo explicative sur la fabrication du thé que l’on vous servira plus tard (et dont le jeu d’acteur fera votre journée). De la technique ancienne à la modernisation nécessaire, ceci nous fait réaliser la complexité de la procédure utilisée pour arriver au résultat final qui servira à la concoction de notre boisson.

Les bois aux alentours des lieux donnent à la dégustation du thé Sencha une vibration mystique et unique. Les toits en chaume, les sapins imposants et les arbres en fleurs ont apporté une connotation romantique à cet endroit rempli d’histoire. Il va sans dire que l’on se sentait en plein rêve en savourant notre délicieux Sencha.

Adresse: 〒610-0289 Araki, Ujitawara-cho, Tsuzuki-gun, Kyoto Nishide 10

3. Okunoyama chaen (Jour 1)

Le thé vert d’Uji est devenu célèbre à travers le pays durant la période de Muromachi (1333-1573). Ashikaga Yoshimitsu, à l’époque shogun, a développé sept jardins de thé, qui sont devenus plus tard "Uji Shichimeien" (littéralement : les sept excellents jardins de thé de Uji). Cependant, de ces sept, l'Okunoyama-en (jardin de thé) est le seul à être resté intact aujourd’hui.

Ce champ produit différents thés, dont le très prisé Tencha Narino et le Gyokuro Okunoyama. Ici, ces arbres à thé ont pour origine un arbre mère âgé de 300 ans. Poussant jusqu'à 1 mètre de hauteur avant le ramassage du mois de mai, on récupère les nouvelles feuilles, puis on coupe l’arbre, jusqu’à la répétition du même processus chaque année. Quant aux restes, ils sont réutilisés comme engrais pour fertiliser le sol. On est quand même soucieux de l'écologie au Japon !

4. Horii-Shichimeien (Jour 2)

Dans un bâtiment adjacent à cette usine, il m’a été permis d’assister à une relaxante cérémonie du thé dans une ambiance intime et feutrée.

La dégustation du thé matcha Narino, servi avec son traditionnel wagashi (sucrerie japonaise), est à l’honneur. Il est aussi possible d’acheter des omiyage (souvenir à emporter) dans le petit magasin du bâtiment. L’Oku no Yama Gyokuro et le matcha Narino sont les thés les plus convoités par les clients.

Adresse: 〒611-0021,84 Uji Myoraku, Uji city

5. Kaijyusen-ji (Jour 2)

Encore un temple.

Mais comme le premier, il contient toute son importance de par le religieux qui était ici en fonction à l’époque de Kamakura. Selon la légende, ce fut le moine Myoe qui transmit des graines de thé au moine Jishin du temple Kaijyusen. La culture a commencé dans la région, à Harayama au pied du mont Jubuzan. On les remercie !

En plus de son lien profond avec l’implantation du thé dans cette zone, l’intérêt de Kaijyusen-ji réside aussi dans sa pagode qui est la plus petite du Japon, ainsi que dans sa sculpture en forme d’aubergine qui en étonnera plus d’un. Celle-ci représente l’accomplissement car la fleur ne fanant pas, elle devient de suite un légume.

Adresse: 20 kaijyusen, Reihei, Kamocho, Kizugawa 619-1106, Kyoto Prefecture

6. Les champs de thé d’Ishitera (Jour 3)

Que dire ici, à part que ce petit village à Wakazu est de loin ce qu’il a de mieux à voir durant ce séjour.

Cette étendue verdoyante nous coupe le souffle.

Une longue balade dans l’exploitation est vivement recommandée pour ressentir à quel point chaque arbre est choyé. Avec leur coupe rondelette soignée au millimètre près, c'est comme s’immerger dans une mer d’un vert éclatant.

Il est dit que le thé de Wakazu est si doux et délicieux que cela en vaut le détour.

Adresse: Ishitera, Soraku-gun, Wazuka-cho 619-1221, Kyoto Prefecture

7. Kamikoma, le quartier des grossistes de thé (Jour 3)

Avec ses 40 bâtisses de la fin de la période Edo, le vibrant quartier de Kamikoma, aujourd’hui surnommé "le quartier des grossistes de thé", émergea grâce à son emplacement avantageux près de la rivière Kizu.

Une visite dans ces vieux lieux reste une expérience agréable et nous laisse la possibilité d’apprécier au maximum l’architecture de ses bâtiments.

Non loin de là, vous tomberez sur le plus grand Jizô de tout le Japon. Une vraie merveille culturelle.

8. La maison Takumi (Jour 3)

Takumi no Yakata sera votre dernière destination durant votre voyage à travers l’histoire du thé japonais. Un instructeur japonais vous expliquera comment vous servir correctement du Gyokuro, ce thé qui est, à notre plus grande surprise, comestible avec du vinaigre de ponzu !

Adresse: 17-1 Ujimataburi, Uji-shi, Kyoto 611-0021

Pour conclure, cette excursion change intégralement notre vision concernant le thé japonais.

Servi en battant le thé matcha, ou bien à 3 reprises à des températures différentes à chaque fois pour le Sencha et le Gyokuro, avec ou sans sucrerie pour l'accompagner.... Déguster cette précieuse boisson chaude sera possible à domicile une fois les différentes techniques maîtrisées.

Écrit par Julie Sergent
Membre de JapanTravel

Laissez un commentaire