Le Sanctuaire Tôshô-gû

A la mémoire de Tokugawa Ieyasu

Par Julien GIRY   27 mai 2016

Des sites classés au patrimoine mondial de l'humanité à Nikkô (avec les temples Taiyuin et Rinnô-ji, et le sanctuaire Futarasan), le sanctuaire Tôshô-gû est le plus cher. Mais le coût de l'entrée (1300¥) s'explique par son étendue, la finesse du patrimoine et l'importance de la mémoire qu'il entretient dans l'Histoire japonaise.

Car celui qui est vénéré au sein de son complexe du Mont Nantai n'est autre que l'unificateur du Japon, Tokugawa Ieyasu. D'où la splendeur des ornements, des autels et des portes, qui sont magnifiées pour chaque commémoration. Le guerrier Tokugawa, décédé en 1616, a reçu le premier le titre de shogun en 1603. L'empereur Goyozei confirmait alors sa prééminence sur les autres seigneurs japonais. Suivront alors de longues années de paix et de développement du pays, désormais épargné par les guerres civiles.

Le sanctuaire Tôshô-gû est le tombeau de Tokugawa déifié, depuis 1617. Mais avant d'atteindre l'esplanade sacré qui l'abrite, après l'ascension de longs escaliers protégés par un « chat dormant », il faut traverser plusieurs enceintes et passer plusieurs portes.

Cela ne se voit plus que dans certains détails, mais la première enceinte est celle du cheval. Plus de hennissement aujourd'hui, mais, dans le temps, les pèlerins venaient y donner leur monture. Dans l'espoir que l'esprit du Shogun, qui était un cavalier émérite, entende plus facilement leurs prières. Aujourd'hui, la tradition est perpétuée à travers les Ema – les tablettes votives sur lesquelles sont écrites les prières – au dos desquelles figure un cheval.

Après la porte Yomeimon, la deuxième enceinte est celle du cœur spirituel du sanctuaire. L'un des plus finement ouvragés du Japon. Les clôtures sont gravées de paons, de canards et de nombreux animaux, figés dans le bois depuis près de 400 ans. L'accès principal à l'autel est encadré de bois précieux blancs et noirs où se découpent les silhouettes de plusieurs dragons.

En 2015, à l'approche du 400e anniversaire de la mort du premier shogun, un musée a été construit pour mettre en valeur les plus belles offrandes reçues par le temple, dont beaucoup de possessions, d'armes et quelques manuscrits de Tokugawa lui-même. Le billet couplé avec l'entrée au temple est à 2100¥  (seul, il se visite pour 1000¥).

Écrit par Julien GIRY
Membre de JapanTravel

Laissez un commentaire