Manger des Légumes au Japon

...Sans y trouver de la viande par surprise

En tant que végétarien, au cours d'un voyage au Japon, il y a des moments où vous souhaitez vous asseoir et commander quelque chose à la carte, avec la certitude que vous ne serez pas surpris de trouver de la viande dans la préparation ou la présentation de votre plat.

Si cela vous arrive et que vous mangez quelque chose que vous ne prévoyiez pas de consommer, ne vous inquiétez pas : nous sommes tous passés par là. Une fois, à Osaka, je pensais que tout allait bien jusqu'à ce que je finisse un onigiri à l'oeuf acheté dans un 7/11 et que je sente un morceau de viande glissant malencontreusement dans ma gorge. Je suis rentrée et ai cherché sur Google de quoi il s'agissait : j'avais mangé un onigiri à l'oeuf, façon ramen au porc. Le riz dont il était constitué avait été cuit dans du bouillon de ramen et un morceau de viande se trouvait à l'intérieur. Délicieux pour certains, étrange pour moi.

Notez par ailleurs qu'à un certain moment, vous devrez déterminer si vous ferez ou non une exception pour le voyage et mangerez du dashi, bouillon de poisson utilisé dans de nombreuses préparations de plats/bouillons. Vous pouvez essayer d'employer la phrase Dashi to katsuobushi wa taberaremasen et contourner ce problème, afin de vous assurer que le repas est vraiment à base d'aliments végétaux, mais vos choix alimentaires seront assez limités.

Voici mes 5 conseils pour tenter d'éviter les prises de tête liées à un régime végétarien/végétalien dans ce merveilleux pays.

1. Téléchargez l'application "Happy Cow"

La plupart d'entre nous, végétariens et végétaliens, connaissent cette application. Si ce n'est pas votre cas, il s'agit essentiellement d'une application listant les Cafés et restaurants végétariens et végétaliens dont les plats sont compatibles avec votre régime alimentaire. Toutefois, au Japon, certains endroits n'auront qu'un ou deux des restaurants répertoriés et vous pouvez commencer à avoir l'impression de les traquer. J'utilise principalement Happy Cow comme point de départ. Après avoir fini un repas dans un des lieux indiqués, j'essaie toujours de discuter un peu avec le propriétaire et de demander dans quel autre endroit il m'est possible de me procurer de bons mets végétariens/végétaliens dans la région. Il y a toujours des endroits qui n'ont pas été répertoriés par l'application, et on peut ne servir qu'un ou deux bons plats plutôt que dédier un restaurant entier à une cuisine se basant sur des produits d'origine végétale.

2. Ne paniquez pas si Happy Cow ne vous aide pas

Cela a souvent été le cas lorsque je me trouvais plus à l'Ouest du Japon : vous faites une recherche sur l'application, et une suggestion apparaît à 45km de l'endroit où vous vous trouvez. La meilleure chose sur laquelle vous pouvez miser est un bar Izakaya, puisqu'on y trouve toujours du miso, des tempura et du tofu. Autrement, vous pouvez faire un tour au supermarché local pour trouver des options déjà préparées, comme des nouilles, des sushi ou des salades (en général, le personnel est serviable). Enfin, rendez-vous dans n'importe quel restaurant et utilisez une application de traduction pour parcourir un menu par vous-même.

3. Téléchargez l'application Google Traduction

Téléchargez la version hors-connexion de cette application et vous pourrez vous en servir lorsque vous n'aurez pas accès au wifi/à la collecte de données. Après le fiasco des ramen au porc, j'ai découvert une fonction qui vous permet de photographier des inscriptions en japonais et les traduit pour vous. Elle est efficace dans environ 80% des cas, parfois l'application indique "dans le jardin du cerveau". Si tout le reste s'avère être un échec, vous pouvez y taper "Est-ce que cela contient de la viande/du poisson" et le montrer au serveur ou au caissier avec un sourire disant s'il vous plaît aidez-moi je suis sur le point de manger mon propre bras.

4. Apprenez des phrases utiles en japonais

Mon dictionnaire d'expressions pour le Japon m'indiquait que je n'avais qu'à dire Watashi wa bejitarian desu. Du gâteau : je me suis dit que je maîtrisais la situation. Le seul problème est que cette phrase n'est souvent pas comprise par le personnel des restaurants, puisque "végétarien" n'est pas un mot communément utilisé.

Merci dictionnaire d'expressions à 15$.

Je me suis rendue dans 10 endroits différents pour mon premier repas au Japon et ai finit par manger un falafel burger hors de prix. Je me sentais mal à ce propos puisque le van qui vendait des kebabs près de chez moi proposait la même chose à moitié-prix.

J'ai tenté de montrer la phrase suivante au personnel des restaurants dans lesquels je me suis rendue, et cela semble être efficace 7 fois sur 10.

関係者各位

私はベジテリアンですから肉と魚と魚製品が食べられません。料理から除いて頂きます様お願い致します

Traduction : A toute personne concernée : Je suis strictement végétarienne. Je ne mange donc ni viande, ni poisson, ni produits issus de poissons. Je vous prie de vous assurer que mes plats ne comportent aucun de ces aliments.

Niku to sakana wa taberaremasen (肉と魚は食べられません, Je ne peux manger ni viande ni poisson) est une autre phrase que l'on peut employer.

5. Au Ryokan, prévenez votre hôte à l'avance

Au Japon, séjourner dans un Ryokan traditionnel est une expérience incontournable pour toute personne désireuse de se plonger tête la première dans la culture et l'hospitalité pour lesquelles les Japonais sont réputés. Outre la combinaison peignoir/chaussons, l'une des cartes maîtresses du séjour dans ce type d'endroit est les repas faits maison. Ils sont souvent présentés de manière élaborée, avec de nombreuses textures et saveurs différentes auxquelles faire honneur poliment. En raison de l'organisation qu'impliquent ces repas, il est préférable de contacter votre hôte à l'avance pour lui expliquer que vous ne mangez pas de viande/poisson/produits d'origine animale (si nécessaire). Cela vous assure de pouvoir manger ce qui vous est servi et soulage votre séjour du stress, tant pour vous que pour votre hôte.

6. Organisez-vous

Vingt minutes de recherche sur le lieu dans lequel vous pouvez manger avant de partir en exploration pour la journée en maîtrisant la situation vous épargnera 2 heures d'errance en salivant dans la foule. Dans mon cas, cela se termine souvent par l'achat compulsif d'un en-cas dans un 7/11, avant d'enfin trouver un lieu où prendre un second déjeuner ou de simplement abandonner et manger des friandises au matcha. (Elles sont vertes et saines, non ?)

Le Japon dispose de nombreuses options à base de végétaux dans leurs menus, mais vous devez allé plus loin que le riz imprégné de bouillon de ramen du 7/11 et sauter les premières pages du menu pour vous rendre au bas de la page 3, avec les indications du personnel de service du restaurant dans vous vous trouvez.

Bonne chasse aux plats à base de végétaux !

0
0

Laissez un commentaire