Tokyo Game Show : Un Peu d'Histoire

Histoire du TGS

Par Maxence Monfroy   21 sept. 2015

Au début des années 90, alors que je rentrais tout juste dans l'adolescence, je reçus de la part de mon père, ma première console de salon. Son petit nom était la Pc-Engine Super Graphix. Elle n'évoquera certainement rien à la plupart d'entre vous car elle ne fut importée officiellement que pendant une durée très courte. Du fait de cette rareté dans nos contrées, mon regard s'est naturellement tourné vers le pays du soleil levant.

C'est donc en lisant un « player one » (magazine disparu depuis) spécial Japon que je vis pour la première fois ces trois lettres : TGS. Nous étions en 1996 et le Tokyo Game Show venait de naître. Même si l'E3 avait connu sa première édition l'année précédente, le TGS suscitait beaucoup plus d'excitation de la part des joueurs, car à l'époque ce n'était ni les Etats-Unis, ni l'Europe qui dominaient l'industrie du jeu vidéo, mais bel et bien le Japon.

A cette époque le TGS était semestriel, mais avec le développement de l'E3 dans les années 2000, le salon nippon a dû revoir son calendrier et est devenu annuel. Les années 2000 virent l'avènement de la Xbox et marqua l'arrivée en grandes pompes du jeu « made in US », marquant par la même occasion le déclin du jeu japonais.

Oui mais voilà, nous rentrons dans une nouvelle décennie et il semblerait bien que nos amis descendants des samouraïs n'aient pas encore déposé les armes ! En effet depuis quelques années, on sent le vent tourner à nouveau. La PS4 y est certainement pour quelque chose, et même si le 4 peut vouloir dire la mort en japonais, s'il est question d'une mort, c'est de celle de la domination des jeux occidentaux (même s'ils restent importants). De plus ces derniers mois sont sortis de très gros hits venant de l'archipel, tel que Blood Borne ou encore MGS V.

Tout cela, en plus de l'annonce des organisateurs du TGS 2015 affirmant qu'ils voulaient faire de cette édition un événement mémorable, n'annonçait que le meilleur. Croyez moi, nous n’avons pas été déçu !

Photographié par Maxence Monfroy
Membre de JapanTravel