Tokyo Decadance

Les soirées underground de la capitale nipponne

Par Maxence Monfroy   22 sept. 2015

Définition de la décadence : période historique correspondant au déclin politique d'une civilisation. (Larousse)

Vous noterez que cette définition n'est pas très joyeuse, mais j'espère que vous aurez remarqué qu'ici il ne s'agit pas de décadence mais de Decadance ! Et toute la différence est là. Ainsi il ne faut pas le lire comme la chute d'une civilisation mais peut-être comme une « deca » « dance ». Le mot déca prend tout son sens cette année puisque l'institution de la scène underground de Tokyo fête en 2015 ses dix ans.

Les soirées Decadance s'organisent en moyenne une fois par mois autour d'un thème. En octobre il y aura la soirée Halloween, en décembre la soirée de Noël etc.

Mais laissez moi vous décrire la soirée que j'ai passé là-bas. Il s'agissait de la soirée Black Decadance. Les tenues sombres étaient préférables et régulièrement des morceaux bien rock étaient lancés par le DJ.

Je suis donc arrivé un peu en avance histoire de repérer les lieux et de faire connaissance avec le personnel. Malgré le stress palpable dû aux incontournables préparatifs de dernière minute, tout le monde a été très accueillant. Le lieu jouissait encore d'une grande tranquillité. Le décor qui s'offrait à moi était un restaurant japonais de style... japonais. Je sais que cette phrase peut paraître étrange mais vous allez vite comprendre. Il s'agissait d'un restaurant situé à Shinjuku reproduisant un petit village moyenâgeux japonais. Ainsi plusieurs petites « maisons » abritaient les tables, on pouvait aussi passer sur un petit pont etc. Bref, l'heure était encore au calme. Puis, la musique commença à se faire plus présente et les bruits de pas des premiers clients se firent entendre.

Comment vous décrire ce que je vis et ce que je ressentis ? Je pense que c'était un savant mélange entre Las Vegas Parano, Eyes Wide Shut et la séquence dans laquelle Néo décide de prendre la pilule rouge.

Les « salary men » du métro tous habillés de la même manière avaient fait place à une bande de joyeux fêtards, arborant tous des tenues plus improbables qu'imaginatives. Et encore, je ne vous parle pas des maquillages et accessoires ! En à peine dix minutes la fête battait déjà son plein et tout le monde bougeait frénétiquement autour des reproductions d'habitations.

L'une des choses qui m'a le plus surpris a été l'amicalité de tous les participants, personne ne jugeait personne, que ce soit sur ses habits, son aspect physique ou je ne sais quoi d'autre. Les mots d'ordre étaient : amusement, tolérance et décompression.

Décompresser, ce dernier mot est important car je pense que si le travail au Japon n'était pas aussi prenant, nous ne pourrions pas assister à un tel déferlement de formes et de couleurs. Alors certes, il s'agit bien de soirées underground et vous serez peut-être, que dis-je, vous serez forcement amené à voir des choses que vous ne comprendrez pas mais si vous avez l'esprit ouvert, je peux vous garantir que vous passerez une excellente soirée.

Vous avez décidé de faire une soirée « Japon décalé » ? Ma recommandation sera la suivante, allez manger à l'Alcatraz E.R, puis allez boire un verre dans un Maid café et enfin finissez (et commencez la journée suivante) en allant à une soirée Tokyo Decadance. Je peux vous assurer que jamais vous n'oublierez cette soirée !

Nb :

Il faut se renseigner au préalable sur les lieux et horaires des soirées.

Et il existe aussi le Decabarz.

Écrit par Maxence Monfroy
Membre de JapanTravel

Laissez un commentaire